/regional/sherbrooke/estrie

Sa chambre infestée de punaises de lit

Marie-Lise Mormina | TVA Nouvelles

Des punaises de lit ont réservé un bien mauvais accueil à un locataire fraîchement emménagé. Le résident de Sherbrooke a réalisé que sa chambre était infestée de ces insectes, quelques jours après son déménagement.

Le corps de Jacques est couvert de piqûres. Il se réveille la nuit en raison des démangeaisons ou encore, avec la peur qu'un insecte grimpe sur lui.

Dans sa chambre, des taches noires sont présentes sur les murs et les plinthes. Il s'agit de traces de sang ou d'excrément de punaises de lit. À priori, en constatant l'ampleur de ces tâches, des experts peuvent estimer que la présence de ses punaises de lit date de plusieurs mois.

Le résident a aussitôt averti son propriétaire qui aurait alors traîné avant d'agir. Des exterminateurs se sont déplacés, il y a quelques jours, et l'intervention est en cours. À ce stade, le locataire ignore si le problème est enrayé.

Des techniciens de Terminix, spécialiste en gestion parasitaire, affirment que la situation doit être prise au sérieux. Entre autres, parce qu'il y a un réel risque de propagation. Puis, ces insectes prolifèrent des bactéries.

Que faire si vous êtes pris avec des punaises de lit ?

Un des mythes, selon Terminix, est de prétendre qu'il est possible de se débarrasser de ce type d'insecte soi-même. Les punaises de lit sont très résistantes aux insecticides. Celles-ci peuvent se cacher dans les matelas, les sommiers, les meubles, etc. Même qu'une punaise de lit peut vivre jusqu'à un an à l'intérieur d'un mur, sans se nourrir, explique Martine Petitclerc, technicienne certifiée chez Terminix.

La spécialiste met aussi en garde ceux et celles qui déposent leur matelas au bord de la rue, afin de s'en débarrasser. Le transport d'un bien ou d'un meuble contaminé peut faire voyager une punaise de lit et alors favoriser sa propagation.