/news/society

Baleines noires: des amendes pour six navires, dont deux de la garde côtière

Agence QMI

Le gouvernement a mis à l’amende six navires, dont deux de la garde côtière, ayant enfreint les limitations de vitesse dans le Saint-Laurent qui visent à protéger les baleines noires.

En effet, Transport Canada a annoncé que les navires NGCC «Cape Edensaw» et NGCC «Cap d'Espoir» ont écopé, respectivement, d'une amende de 6000 $ et de 12 000 $ pour ne pas avoir respecté les limites de vitesse imposées d'urgence après la mort des plusieurs baleines noires en juin.

Le «Cap d'Espoir», basé à Québec, et le «Cape Edensaw», basé à Sydney en Nouvelle-Écosse, sont deux petits navires de 14,6 m de long par 4,3 m de large servant de «canot de sauvetage à long rayon d'action».

Par ailleurs, le cargo «Oslo Bulk», le pétrolier «Isola Celeste» et le yacht «Princess Ashita» ont écopé d'amendes de 6000 $. Le cargo «MSC Diego» a, quant à lui, écopé d'une amende de 12 000 $.

Les propriétaires des navires ont 30 jours pour payer l’amende ou la contester devant un tribunal.

«Les navires doivent naviguer de façon à ne pas mettre en danger la population de baleines noires de l'Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition. Nous n'hésiterons pas à imposer des amendes lorsqu'ils dépassent la limite de vitesse fixée», s’est exprimé, par voie de communiqué, le ministre des Transports Marc Garneau.

Transport Canada avait imposé des limites de vitesse pour les bateaux dès 26 juin, d’abord dans les voies navigables, puis dans tout le golfe du Saint-Laurent, après que plusieurs baleines noires eurent été retrouvées mortes.

Depuis le début de l’année, huit individus de cette espèce en danger d’extinction ont péri. Du nombre, au moins trois ont succombé à la suite d’impacts avec des navires, selon des résultats de nécropsies pratiquées sur cinq des carcasses retrouvées depuis le début de la saison.

«Les baleines en voie de disparition, notamment les baleines noires de l'Atlantique Nord, devraient pouvoir vivre sans risque dans les eaux canadiennes», a invoqué Transport Canada.