/news/politics

Hong Kong: Trudeau appelle la Chine à la retenue

Agence France-Presse

Le premier ministre canadien Justin Trudeau s'est dit «extrêmement préoccupé» par la situation à Hong Kong et a appelé lundi les autorités chinoises à la «prudence» et au «respect» des revendications des manifestants.

«Nous sommes extrêmement préoccupés par la situation à Hong Kong», a déclaré le dirigeant canadien lors d'un point-presse. «Nous appelons à la paix, à l'ordre, au dialogue», ainsi qu'à une «réduction des tensions».

«Nous appelons la Chine à être très prudente et très respectueuse dans la façon dont elle agit avec les gens qui ont des inquiétudes légitimes à Hong Kong», a-t-il ajouté.

Quelque 300 000 ressortissants canadiens vivent à Hong Kong, ce qui en fait la principale communauté d'expatriés canadiens en Asie, selon le ministère des Affaires étrangères.

Hong Kong est plongé depuis début juin dans sa plus grave crise politique depuis la rétrocession du territoire par Londres à la Chine en 1997.

L'aéroport de Hong Kong a pris lundi la décision rarissime d'annuler tous ses vols après que des milliers de manifestants pro-démocratie ont envahi le hall des arrivées, tandis que Pékin musclait son discours, disant voir dans leur mouvement «des signes de terrorisme».

Les relations entre la Chine et le Canada traversent pour leur part une crise sans précédent depuis l'arrestation début décembre à Vancouver de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei.

Meng Wanzhou a été arrêtée à la demande des États-Unis, qui la soupçonnent d'avoir contourné les sanctions américaines contre l'Iran, et qui réclament son extradition.

Quelques jours après l'interpellation de Mme Meng, la Chine avait arrêté l'ex-diplomate canadien Michael Kovrig et son compatriote consultant Michael Spavor, qu'elle soupçonne officiellement d'espionnage.

Ottawa qualifie ces détentions d'«arbitraires» et réclame depuis des mois la libération des deux hommes, en vain.

Dans la même catégorie