/news/politics

Plan de la CAQ: les immigrants blancs et francophones favorisés?

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Les organismes d’aide aux nouveaux arrivants craignent que le plan de la CAQ en matière d’immigration favorise les candidats « francophones, européens et blancs ».

Il existe au Québec une forme de « racisme systémique » sur le marché du travail, selon Eva Lopez de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI).

Lors de son passage lundi en commission parlementaire dans le cadre des consultations sur la planification des seuils d’immigration de 2020 à 2022, Mme Lopez a mis en garde le gouvernement Legault contre l’idée de miser uniquement sur l’immigration économique.

« La TCRI craint qu’à terme on observe une homogénéisation du profil des immigrants permanents de plus en plus francophones, européens et blancs. En laissant en partie la sélection des candidats à l’immigration à la discrétion des employeurs, et les biais des employeurs en la matière à l’égard des personnes immigrantes ayant été largement documentés, on peut raisonnablement s’attendre à ce qu’une partie des candidats ne soit jamais sollicitée malgré leur compétence, à cause d’un profilage ethnique non conscient », signale le mémoire de l’organisme.

Changer de nom pour travailler

Eva Lopez affirme que cette discrimination touche plus particulièrement les « communautés magrébines et les communautés noires ».

Les immigrants qui parlent le français avec un accent étranger peuvent avoir plus de difficulté sur le marché du travail, relate-t-elle.

Certains nouveaux arrivants sont même incités à changer de nom pour réussir à obtenir un entretien d’embauche.

« Ce n’est pas normal, dans une société ouverte et démocratique. On ne devrait pas être obligé d’utiliser ce genre de stratégie pour pouvoir passer au moins en entrevue. C’est quelque chose qu’on voit à répétition ».

Impact sur les femmes

La diminution du nombre de réfugiés et d’immigrants issus du programme de réunification familial que le Québec accueille chaque année aura un impact non négligeable sur les femmes, insiste la TCRI.

En effet, les femmes sont proportionnellement plus nombreuses dans ces catégories.

Si les futurs travailleurs sont au cœur du plan du ministre Simon Jolin-Barrette, rien n’est prévu pour leurs enfants et leurs conjoints, déplorent les groupes d’aide aux réfugiés et aux immigrants.

Veronica Islas du Carrefour des ressources en interculturel affirme que le plan du gouvernement caquiste en matière d’immigration n’est toutefois pas entièrement à rejeter.

« On ne dit pas que le plan est à pleurer, qu’il est épouvantable, mais on dit qu’il y a des lacunes, qu’il y a des trucs qui ne sont pas nommés », dit-elle.

Après une diminution à 40 000 en 2019, la CAQ propose de rehausser graduellement par la suite les seuils d’immigration jusqu’à 52 000 immigrants en 2022.

Le gouvernement Legault veut augmenter la proportion d’immigration économique, au détriment des réfugiés et du programme de réunification familiale.