/news/law

Proxénétisme: il appelle la police et se fait arrêter

Michael Nguyen | Journal de Montréal

MARTIN ALARIE/JOURNAL DE MONTRÉAL

Un présumé proxénète qui gérait aussi la sécurité dans une école secondaire de Montréal-Nord ne se doutait pas qu’il serait arrêté quand il avait lui-même appelé le 911 pour dénoncer des gestes violents de sa victime.

«Il a appelé le 911 en disant qu’elle était violente et que si [la police] ne faisait rien, il allait lui faire pareil», a témoigné un policier lundi, au palais de justice de Montréal, afin d’expliquer comment Denis Désiré avait été arrêté.

L’homme de 45 ans subit son procès entre autres pour proxénétisme et obtention d’avantages provenant de services sexuels. Son arrestation l’an passé avait causé une onde de choc à Montréal-Nord, puisqu’il était responsable de la sécurité à l’école Calixa-Lavallée et qu’il avait cofondé un organisme d’aide aux jeunes.

Mais en marge de ces activités, Désiré aurait aussi été un proxénète agressif.

«Essaye de faire plus de cash», peut-on lire dans des échanges textes trouvés dans son cellulaire. Dans d’autres messages, la victime présumée, qui n’était pas une élève de Calixa-Lavallée l’appelle «mon pimp» et lui dit avoir «bien travaillé».

Son manège aurait duré de décembre 2014 jusqu’à son arrestation en mars 2018, une journée où il aurait tenté d’étrangler sa victime présumée.

La victime était à peine majeure au début des faits allégués.

C’est toutefois lui qui a appelé la police, car sa victime aurait brisé les fenêtres de sa voiture. Comme il ne souhaitait pas porter plainte, mais que des témoins auraient vu des gestes violents de sa part, c’est lui qui a été arrêté.

Étranglement

Et après avoir écouté la victime présumée, l’enquête en est devenue une de proxénétisme. La jeune femme aurait toutefois été peu coopérative, refusant de porter plainte et affirmant que c’est elle qui contactait les clients, et non Désiré.

«Elle a quitté le Centre opérationnel en service de transport pour danseuses nues», a témoigné un enquêteur.

La jeune femme devrait témoigner mardi.

Désiré est défendu par les avocats Roucha Oshriyeh et Serge Lamontagne, tandis que le procureur Pascal Dostaler officie pour la Couronne.