/finance/stockx

Wall Street lestée par les craintes sur l'économie mondiale

Agence France-Presse

La Bourse de New York a terminé en nette baisse lundi, fragilisée par les inquiétudes croissantes sur l'économie mondiale alors que la Chine fait désormais face à la guerre commerciale avec les États-Unis et à des tensions à Hong Kong.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 1,49% à 25 896,44 points.

Le Nasdaq a reculé de 1,20% à 7863,41 points et l'indice élargi S&P 500 de 1,23%, à 2882,69 points.

Après plusieurs séances chahutées la semaine dernière, ce nouveau plongeon «est causé par un regain d'incertitudes sur la situation en Chine, qui doit maintenant mener deux combats de front, la guerre commerciale avec les États-Unis et les protestations à Hong Kong», avance Adam Sarhan de 50 Park Investment. «Cela complique grandement la situation.»

Hong Kong est plongé depuis début juin dans sa plus grave crise politique depuis la rétrocession du territoire par Londres à la Chine en 1997.

Et l'aéroport de Hong Kong a pris lundi la décision rarissime d'annuler tous ses vols après que des milliers de manifestants pro-démocratie ont envahi le hall des arrivées, tandis que Pékin musclait son discours, disant voir dans leur mouvement «des signes de terrorisme».

«Le marché s'inquiète des possibles ramifications de difficultés chinoises sur l'économie mondiale», estime M. Sarhan.

Reflet de ces inquiétudes, le taux de la dette à 10 ans des États-Unis s'est de nouveau effondré lundi, à 1,641% contre 1,745% vendredi soir, signe d'une forte demande pour cet actif considéré comme une valeur sûre.

Dans ce contexte, «plusieurs grandes banques ont modifié leurs anticipations (...) et ont révisé à la hausse le risque d'une récession d'ici l'élection présidentielle de 2020» aux États-Unis, souligne M. Sarhan. «Cela change vraiment la dynamique sur les marchés.»

Le revers du président libéral sortant Mauricio Macri à des élections primaires en Argentine a aussi retenu l'attention des investisseurs, la Bourse de la troisième économie d'Amérique latine s'effondrant de 37,93% à la clôture.