/regional/montreal/montreal

Au jour de l'arrivée de Lime à Montréal, déjà des infractions

Guillaume Pelletier

 - Agence QMI

Les trottinettes électriques en libre-service de Lime ont finalement fait leur apparition mardi midi à Montréal. Les règles de stationnement strictes adoptées par la Ville n'ont pas empêché les premiers utilisateurs d'abandonner leurs trottinettes un peu partout.

Trottinettes immobiles sur le trottoir ou derrière une rangée de BIXI, utilisateurs sans casques, voiture stationnée dans une zone réservée aux trottinettes; le «24 Heures» a constaté plusieurs infractions à peine quelques heures après l'arrivée de Lime dans les rues de la métropole.

Même si la mairesse Valérie Plante et le responsable de la mobilité au comité exécutif de Montréal, Éric Alan Caldwell,ont martelé au cours des derniers jours que la réglementation montréalaise était parmi les plus strictes au monde, la métropole ne semble pas à l'abri des problématiques qui ont été constatées ailleurs.

La ville d'Atlanta, aux États-Unis, a par exemple interdit la circulation des trottinettes électriques de Lime la nuit la semaine dernière après que quatre accidents mortels impliquant des véhicules de ce type se soient produits en l'espace de quelques mois.

Depuis le lancement des trottinettes électriques en France, plusieurs collisions sont survenues entre des trottinettes et des piétons. Par ailleurs, certains utilisateurs ont jeté le bolide à l'eau ou l'ont tout simplement laissé traîner sur le gazon.

La Ville de Montréal détient la possibilité de révoquer le permis de Lime si ce nouveau mode de transport devient trop chaotique. Pour l'instant, les trottinettes sont présentes dans l'arrondissement de Ville-Marie et dans la ville de Westmount; le déploiement dans les autres arrondissements se fera au cours des prochaines semaines «selon la demande», explique le directeur d'expansion chez Lime pour le Québec, Mat Lobraico, qui n'écarte pas la possibilité d'ajouter des trottinettes aux quelque 430 déjà prévues.

Premiers utilisateurs

Le Montréalais Giuseppe Bellavia a fait partie des premiers Montréalais à essayer les trottinettes. «J'aurais aimé qu'elle soit un peu plus rapide, mais c'est super», s'est-il exclamé, après avoir testé Lime sur la piste cyclable du boulevard de Maisonneuve.

Yannis Ait-Ali et son ami Charles Nadar sont deux étudiants français qui passent l'été à Montréal. Cette technologie, très populaire en Europe, ne leur était pas étrangère, et ils ont sauté sur l'occasion de la tester à Montréal.

Kalu Baldera Bravo marchait sur la rue Guy lorsqu'il a aperçu les trottinettes. Il voulait bien les essayer, mais n'avait pas sa carte de crédit sur lui. N'empêche, l'idée lui plaît. «J'ai entendu qu'il y en avait en France. C'est un mode de transport écologique. Ça va attirer davantage de touristes à Montréal. Avec les vélos JUMP, la légalisation du weed [cannabis], je remarque qu'il y a plus de touristes à Montréal cet été [que par les années passées].»

En bref

- Les trottinettes ont été déployées mardi au centre-ville de Montréal et à Westmount

- Le déploiement dans des arrondissements périphériques viendra au cours des prochains jours/semaines

- Il faut débourser 1$ pour débarrer une trottinette, puis le tarif est de 30 cents la minute

- Les trottinettes peuvent rouler à 20 km/h maximum et n'ont pas le droit de circuler sur le trottoir. Elles doivent être stationnées dans les espaces identifiés à cet effet

- Les utilisateurs doivent porter un casque et être âgés d'au moins 18 ans (ou posséder un permis pour conduire un cyclomoteur)

- Le projet pilote de trottinettes électriques en location libre-service a été autorisé par le ministère des Transports du Québec au début juillet. Auparavant, ce type de véhicule ne pouvait pas circuler sur la voie publique.

Dans la même catégorie