/regional/quebec/quebec

Régis Labeaume s’installe dans le quartier Saint-Roch

Stéphanie Martin | Le Journal de Montréal

« Je m’installe dans Saint-Roch », a confirmé au Journal le maire de Québec, Régis Labeaume, lequel devient le premier maire depuis près de 100 ans à habiter le quartier de la Basse-Ville.

Régis Labeaume a mis en vente sa demeure de Sillery à la fin 2018. Au moment où l’information avait été rendue publique, il avait été questionné sur son intention de demeurer résident de sa ville. Jusqu’à maintenant, il était resté discret sur ses plans.

En entrevue au Journal, il a confirmé qu’il a jeté son dévolu sur le quartier central de Saint-Roch, une décision que très peu de ses prédécesseurs ont prise par le passé.

En fait, il faut remonter à la période de la grande crise de 1929 pour trouver un maire qui a installé ses pénates dans le quartier. Il s’agissait de l’éphémère Joseph-Oscar Auger, qui n’a fait que passer, de 1928 à 1930, battu ensuite par Henri Lavigueur. Il demeurait sur la rue du Parvis.

Pour M. Labeaume, il était important de demeurer résident de la capitale. « Ce n’est pas une prise de position politique, c’est un choix personnel qui peut devenir une prise de position. Si moi j’ai le goût de ça, je ne dois pas être le seul. »

Le choix de Saint-Roch s’est fait naturellement. Après avoir résidé dans plusieurs quartiers différents de la ville – Duberger, Neufchâtel, Les Saules, Montcalm, Saint-Sacrement, Sainte-Foy et Sillery –, à 63 ans, il dit avoir le goût d’un nouveau style de vie.

« Je n’ai jamais vécu l’expérience de la Basse-Ville et j’avais le goût de vivre ça. J’avais le goût de vivre une vie très urbaine. Je suis bien content. »

Commerces de proximité

S’il connaît bien le quartier, il admet qu’il doit refaire ses repères comme résident. Mais il a l’intention de profiter des commerces de proximité, en plus des restaurants, librairies, bars, salles de spectacle, théâtres.

« Je suis rendu là dans ma vie. J’ai le goût de vivre ça. J’ai le goût de profiter de tout ce qui existe au centre-ville. Ça grouille, c’est très trendy. J’ai le goût de déguster ça. Je suis rendu à cette expérience-là », a-t-il exprimé.

« Tous les services sont là, tu peux aller chercher ton café et ton croissant en cinq minutes. [...] Je suis vraiment en mode découverte. C’est vraiment l’fun. »

Plus visible

Régis Labeaume est conscient qu’en habitant au centre-ville, il sera davantage exposé au regard du public qu’il ne l’était auparavant. « En faisant ce choix-là, je sais sciemment que je serai plus visible. Mais les gens sont très respectueux, comme ils le sont habituellement à Québec. »

Le secteur a bénéficié de beaucoup d’attention sous Jean-Paul L’Allier, qui lui a redonné un air de jeunesse. Au cours des dernières années, cependant, il a subi les contrecoups de quelques fermetures, notamment le départ pour le quartier Lebourgneuf du géant MEC.

Pour M. Labeaume, « Saint-Roch est toujours fragile », mais il s’agit d’un quartier qui se renouvelle constamment et qui regroupe une mixité sociale intéressante, dit-il.

Dans la même catégorie