/regional/estduquebec/basstlaurent

Simulation extrême en forêt pour des étudiants en médecine

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

Une vingtaine d’étudiants en médecine de l'Université Laval participent ces jours-ci à un stage de médecine d'urgence en région éloignée au Bas-Saint-Laurent.

Après huit jours de formation, les 23 futurs médecins ont pu mettre en pratique leurs apprentissages lors d’une simulation lundi soir en milieu éloigné sur la pourvoirie Seigneurie Nicolas-Riou à Saint-Eugène-de-Ladrière.

Le scénario de la simulation était bien ficelé : après un orage torrentiel, une quinzaine de villégiateurs (interprété par des acteurs) sont pris au piège sur la pourvoirie.

Lorsque les futurs médecins arrivent sur place, ils sont confrontés à plusieurs scènes de trauma : un accident de voiture, une noyade, une personne frappée par la foudre, une autre qui s’est sectionné la jambe avec une scie mécanique, d’autres ont été incommodés par du monoxyde de carbone, sans compter les patients souffrant de déshydratation.

Selon le résident en médecine d’urgence et instructeur en chef du stage David Paré, l’idée est de plonger les étudiants dans des situations qui peuvent se produire en régions éloignées. «Il peut y avoir des situations qu’on ne peut pas appeler le 911, mais il peut aussi avoir des situations que le 911 n’arrive pas dans les dix à quinze minutes», explique le résident.

Ce stage, d’une durée de dix jours, permet aux étudiants en troisième année de médecine d'accumuler deux crédits, mais aussi de connaître la réalité des médecins en région et de savoir comment ils gèrent leur stress en situation de crise.

«Souvent le cursus médical est beaucoup axé sur les soins qu’on peut donner en intrahospitalier, mais là ce qu’ils vont apprendre c’est comment prendre leurs connaissances et les transposer, mais surtout pour utiliser leur gros bon sens» ajoute David Paré.

Laura-Philippe Vigneault s’est inscrite à ce stage pour apprendre son métier sans avoir toutes les commodités «à l’hôpital on a beaucoup de ressources, mais je pense qu’on n’apprend pas assez à réagir sur le terrain rapidement», explique l’étudiante en troisième année de médecine.

L'Université Laval offre ce stage depuis maintenant trois ans. Le but principal est de développer des compétences cliniques très spécifiques hors établissement hospitalier, mais aussi de faire découvrir les régions aux futurs médecins, dans l’espoir qu’ils décident d'y établir leur pratique. Les futurs médecins ont aussi eu l’occasion de rencontrer des professionnels de la santé de la région du Bas-Saint-Laurent et d’échanger avec eux sur leur réalité régionale.

L'exercice semble porter fruit, deux finissants de la première édition, qui avait lieu à Baie-Comeau il y a trois ans, ont décidé de s’établir dans la ville nord-côtière.