/regional/troisrivieres/mauricie

Des propriétés surélevées incluses dans la zone inondable

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Deux propriétés pourtant perchées sur une falaise à plus de 75 pieds du niveau du lac Saint-Pierre, à Trois-Rivières, ont été incluses dans la Zone d'intervention spéciale (ZIS), décrétée par Québec.

Les propriétaires en question, dont l'Auberge du Lac-Saint-Pierre, demandent à Québec d'en être exclus sans plus de formalité.

«Avec l'enrochement, avec la hauteur qu'on a par rapport au niveau du fleuve, même pendant les périodes d'inondation, vraiment, on n'est pas touchés par ça», a plaidé Karine Bolduc, directrice de l'établissement hôtelier.

Des modifications ont déjà été apportées à la première version de la ZIS à Trois-Rivières, mais ces deux propriétés y sont demeurées.

Mardi soir, la ville a organisé une séance d'information à laquelle ont participé 1600 citoyens, sur place ou en webdiffusion, alors que seuls 1500 citoyens sont directement concernés par la ZIS.

Un citoyen a fait valoir que le problème avec la ZIS, «c’est qu'elle comprend une partie de mon terrain, mais pas ma maison». Un autre s'est demandé si une demande de recours en annulation pour ce décret «mal ficelé» sera nécessaire, si «on ne nous écoute pas, encore une fois».

Vendredi, date limite des demandes de retrait au ZIS, la ville acheminera un nouveau mémoire au ministère, afin d'obtenir des corrections demandées à la délimitation de la zone.

Le document comprendra des demandes d'au moins 650 propriétaires riverains.

Les fonctionnaires municipaux ont déjà scruté chacune des demandes.

«On voudrait avoir de l’écoute de la part du ministère des Affaires municipales et voir si avec le poids de la Ville et des compétences des gens sur place, on va pouvoir travailler sur les cas qui sont prioritaires. Nous voulons avoir l'assurance que chaque dossier sera ainsi traité individuellement», a souhaité le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche.

Dans la même catégorie