/news/culture

Journée du livre haïtien: Pour rassembler deux imaginaires

Gabriel Beauchemin

 - Agence QMI

L'auteur Rodney Saint-Éloi lancera, dans le cadre de la journée du livre haïtien, son recueuil «Nous ne trahirons pas le poème», le samedi 17 août 2019.

COURTOISIE PASCAL DUMONT

L'auteur Rodney Saint-Éloi lancera, dans le cadre de la journée du livre haïtien, son recueuil «Nous ne trahirons pas le poème», le samedi 17 août 2019.

La journée du livre haïtien, présentée ce samedi au Centre N A Rive, à Montréal, souhaite démontrer toute l’étendue des liens qui unissent aujourd’hui les cultures haïtienne et québécoise

«La littérature haïtienne, ça a toujours constitué le pont, le ciment, qui relie le Québec et Haïti. On ne fait que poursuivre ce qui a commencé il y a une cinquantaine d’années», a indiqué Ninette Piou, directrice au centre N A Rive, l’organisme qui coordonne la Journée du livre haïtien depuis sa première édition en 2008.

«Ce sont deux grands peuples littéraires d’Amérique francophone, le Québec et Haïti. Donc, il y a une véritable passerelle entre ces deux imaginaires-là», a renchéri l'auteur haïtien Rodney Saint-Éloi.

La journée de samedi sera ainsi consacrée aux auteurs d'origine haïtienne ou de sensibilité haïtienne. Ils seront plus de 20 présents sur place, qui pourront témoigner des relations privilégiées qu’entretiennent Haïti et le Québec depuis le milieu du XXe siècle.

La jeunesse sera notamment mise de l’avant lors de cette douzième journée du livre haïtien. La soirée «Bouquet final», qui clôturera l’événement, laissera la place au collectif «Black is the warmest color», ainsi qu’à plusieurs jeunes auteurs.

«Cette année, d’une certaine manière, on passe le relais d’une génération à une autre», a soutenu Ninette Piou.

Décoloniser

Samedi se tiendra aussi le pré-lancement du recueil «Nous ne trahirons pas le poème», de Rodney Saint-Éloi, pour qui cette journée représente un très beau rendez-vous pour la culture haïtienne.

«Ça montre que la littérature, c’est un lieu où Haïti déploie beaucoup son imaginaire, a-t-il expliqué. Je pense que c’est une véritable bibliothèque haïtienne.»

Le colonialisme et les façons dont on peut se libérer de son emprise sont les thèmes centraux de son nouveau recueil.

«Je travaille beaucoup sur la décolonialité, sur comment on se libère de tout ce qui nous a opprimés. On est dans des univers qui ont été construits par un imaginaire colonial, c’est-à-dire sur l’exploitation, a expliqué l’auteur. Ç'a créé des rapports très difficiles, tous les repères sont coloniaux. Donc, il nous faut renverser les repères.»

La 12e journée du livre haïtien aura lieu ce samedi, à partir de 11 h, Centre N A Rive, situé au 6971, rue Saint-Denis.