/regional/sherbrooke/estrie

Nettoyage ordonné pour un terrain contaminé de Danville

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Le ministre de l’Environnement a ordonné la décontamination d’un terrain pollué par des hydrocarbures en plein cœur du village de Danville, en Estrie, au grand soulagement de citoyens à bout de patience qui attendaient cette décision depuis une décennie.

L’immeuble et le terrain situé au 106, rue Water, est la source d’un conflit depuis le décès de l’ancienne propriétaire, en 2008. Son neveu, qui a hérité de la propriété, l’a laissée à l’abandon.

En 2011, le ministère de l’Environnement a reçu une première plainte d’un citoyen en raison d’une odeur incommodante d’huile à chauffage qui se dégageait de l’immeuble en question.

En 2014, trois autres plaintes citoyennes ont fait état de la présence d’hydrocarbures dans le ruisseau derrière l’immeuble. Cette présence de produits pétroliers dans le sol et des traces de contamination dans les eaux du sous-sol du terrain ont été confirmées par les inspecteurs du ministère.

Le ministre de l’Environnement Benoit Charette vient de signer une ordonnance exigeant au propriétaire de faire analyser le sol par une firme d’experts et de décontaminer le terrain. « On a hâte que ce soit décontaminé! Ça fait longtemps qu’on nous le promet, on attend toujours», a commenté Louis-Philippe Hébert, un voisin immédiat rencontré par TVA Nouvelles.

Cependant, le propriétaire du terrain contaminé, Gerald Roscoe Noble, a affirmé ne jamais avoir voulu de son héritage et n’a pas l’intention de donner suite à l’ordonnance du ministre. « Je ne veux plus rien savoir de ça. Le ministère et la municipalité peuvent faire ce qu’ils veulent avec la propriété», a-t-il dit.

Advenant que M. Roscoe Noble refuse d’obtempérer à la demande du gouvernement, le ministère devrait effectuer les travaux de décontamination lui-même, avant de refiler la facture au propriétaire.

Danger public

D’autre part, une inspection du Service de sécurité incendie de Danville révèle un état de détérioration avancé de la demeure, qui «présente de multiples dangers, allant jusqu’à son effondrement total.»

La municipalité est présentement devant les tribunaux pour obtenir une autorisation de démolition. «Nous souhaitons que ça se fasse à l’automne 2019. Ensuite, nous allons entamer des procédures de reprise du terrain pour non-paiement des taxes municipales, pour pouvoir revendre à quelqu’un qui veut s’établir ici», a expliqué la directrice générale de Danville, Josée Vendette.