/news/world

Notre-Dame: les autorités rappellent «l'urgence» d'éviter un effondrement

Agence France-Presse

La cathédrale Notre-Dame de Paris, sauvée in extremis d'un gigantesque incendie en avril, court encore le risque de s'effondrer, une «urgence» qui justifie la reprise des travaux de consolidation interrompus par la menace d'une pollution au plomb, a rappelé mercredi le ministère de la Culture.

«Aujourd'hui, l'édifice fait toujours l'objet d'un arrêté de péril du Préfet de Police, en date du 17 avril, et de nouvelles chutes de pierre des voûtes de la nef se sont très récemment produites suite à l'épisode de canicule», a souligné le ministère.

Les travaux de consolidation et de sécurisation du site, qui avait failli s'écrouler au moment de l'incendie monstre du 15 avril, ont été interrompus le 25 juillet en raison des risques de contamination au plomb.

Pendant le sinistre, des particules issues des centaines de tonnes de plomb contenues dans la structure de la cathédrale, notamment sa toiture et sa flèche, se sont répandues et risquent aujourd'hui de contaminer les travailleurs sur le chantier, ainsi que les riverains.

Les travaux doivent reprendre lundi.

«C'est uniquement l'urgence liée à ce risque persistant d'effondrement qui justifie le rythme des travaux» engagés le 16 avril, a insisté le ministère.

«L'ensemble des services de l'État impliqués dans le chantier ont fait de la santé des travailleurs intervenant sur ce chantier une priorité absolue, primant sur toute autre considération», s'est expliqué le ministère, répondant aux accusations du site internet d'information Médiapart et d'associations qui les accusent de négligences notamment sur les risques de plombémie.

«Les préconisations de l'inspection du travail ont déjà été largement prises en compte par la maîtrise d'ouvrage et le seront également pendant toute la durée de l'opération de conservation et de restauration de la cathédrale», a-t-il encore assuré.

Dans la même catégorie