/regional/montreal/laval

Bientôt des autobus électriques à Laval

Béatrice Roy-Brunet | Agence QMI

GEN-Laval dévoile ses premiers autobus électrique

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

La Société de transport de Laval vient de recevoir le premier des dix autobus électriques qu'elle a commandés et qui seront mis en circulation l'an prochain.

Le véhicule sera d’abord utilisé pour effectuer une série de tests, notamment pour vérifier sa durée d’autonomie sur la route, a indiqué Éric Morasse, président du conseil d’administration de la Société de transports de Laval (STL).

Neuf autobus supplémentaires de 40 pieds, de la compagnie New Flyer, viendront s’ajouter à la flotte pour former une ligne entièrement électrique.

La trajectoire desservie par ces bus n’est toujours pas connue.

«Il nous reste des calculs à faire pour pouvoir l’exploiter. Pour l’instant, il y a des essais, des simulations qui sont faites», a précisé M. Morasse.

Ces autobus, munis d’une «propulsion entièrement électrique», auront tout de même un petit moteur au diesel pour le système de chauffage durant l’hiver. Avec une autonomie présumée de 250 kilomètres, ils seront rechargeables en trois heures et demie.

Québec et Ottawa ont injecté ensemble 9,6 millions $ pour l’acquisition de ces bus.

Économies

La STL prévoit être en mesure d’effectuer des économies monétaires avec l’arrivée de ces bus.

«L’absence d’élément moteur, comme la transmission ou l’échappement, devrait permettre d’économiser entre 15 et 20% en coûts d’entretien», a expliqué M. Morasse.

Chaque autobus permettra en plus d’éviter l’émission de 60 à 80 tonnes de gaz à effet de serre par année, selon la STL.

Importante commande

Lors de l’appel d’offres pour les dix autobus, la Société de transport de Montréal (STM) a également commandé 30 bus pour sa flotte.

En décembre dernier, le Bureau d’enquête révélait que la STM a fait l’acquisition de trois modèles de bus électriques qui avaient tous des systèmes de recharge entièrement différents. Ces véhicules ne peuvent pas être rechargés aux mêmes endroits, ce qui empêche de les changer de secteurs au gré des besoins.