/news/society

Les Québécois peu friands de pot

Agence QMI

Les Québécois sont bien moins portés à consommer - ou du moins à avouer qu'ils consomment - du cannabis que le reste des Canadiens, malgré la légalisation l'automne dernier, montre des données dévoilées jeudi par Statistique Canada.

Selon l'Enquête nationale sur le cannabis, à peine 10,3 % des Québécois ont admis avoir consommé de la marijuana d'une façon ou d'une autre entre avril et juin 2019, contre 16,1 % pour la moyenne canadienne. Il s'agit du plus faible résultat au pays.

À l'opposé, la palme de la province la plus friande de pot est allée à la Nouvelle-Écosse, où 24,4 % des répondants ont reconnu profiter des vertus récréatives de cette drogue.

Fait à noter: la proportion de Québécois admettant fumer un joint de temps à autre a légèrement fléchi, passant de 10,6 % pour le deuxième trimestre de 2018 à 10,3 % pour le même trimestre en 2019.

Étonnamment, malgré la légalisation, les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador, de l'Île-du-Prince-Édouard et de l'Ontario comptent elles aussi un pourcentage moins élevé d'amateurs de cannabis par rapport à l'an dernier.

Par ailleurs, les aînés de 65 ans et plus ont été particulièrement nombreux, d'un point de vue statistique, à tester la marijuana au deuxième trimestre de 2019 (5,5 %), comparativement à 2018 (3,4 %).

Sans surprise, le cannabis séduit avant tout les jeunes, le quart des 15 à 44 ans ayant admis consommer de la marijuana. Elle intéresse aussi davantage les hommes (20,1 %) que les femmes (12,1 %).

Le marché noir semble aussi avoir toujours de beaux jours devant lui, 42 % des consommateurs ayant reconnu qu'ils s'approvisionnent toujours, en tout ou en partie, auprès de sources illégales, plutôt que les boutiques légales ayant pignon sur rue.

Dans la même catégorie