/news/law

Un scientifique aurait fraudé le Centre de recherches de Valcartier

Nicolas Saillant | Le Journal de Montréal

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

L’employé civil des Forces armées canadiennes et chercheur de haut niveau Éloi Bossé ainsi qu’un présumé complice ont été formellement accusés de neuf chefs de fraude de plus de 5000 $.

Éloi Bossé, 63 ans, et Martin Gingras, 52 ans, auraient fraudé le centre de recherches de la base de Valcartier entre avril 2008 et juillet 2011. Les deux hommes sont coaccusés et font exactement face aux mêmes chefs d’accusation.

La fraude alléguée serait de plusieurs milliers de dollars puisque les neuf chefs d’accusation représentent une somme minimale de 45 000 $ d’argent public. La fin du lien d’emploi d’Éloi Bossé avec le Centre de recherches de Valcartier coïncide avec la fin de la période des faits allégués, soit 2011.

Scientifique accompli

Impossible pour l’instant de savoir pourquoi huit ans ont passé entre les gestes reprochés et la mise en accusation. Éloi Bossé est un résident de Québec, tandis que son complice, Martin Gingras, réside à Hébertville au Lac-Saint-Jean.

Le Dr Bossé est un chercheur de haut niveau. Au Centre de recherches de Valcartier, il était à la tête d’un groupe de scientifiques spécialisé dans la « fusion de l’information » et le support décisionnel. Il a représenté le Canada dans son domaine d’expertise auprès de l’OTAN pendant plusieurs années.

Puis, après son départ de Valcartier, le Dr Bossé, qui a été professeur associé dans plusieurs universités dont celles de Calgary, McMaster et Laval, a continué de faire de la recherche avec l’OTAN dans des domaines très pointus. En 2019, il a coécrit un livre, Information Quality in Information Fusion and Decision Making.