/regional/montreal/montreal

Car2go gonfle ses tarifs à compter du 9 septembre

Guillaume Pelletier | Agence QMI

GABRIEL PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

L’entreprise de location de véhicules en libre-service Car2go augmentera ses tarifs à compter du 9 septembre, alors que les frais pour stationner sa flotte vont baisser.

Les frais exigés pour la location des véhicules par Car2go seront dorénavant fixés en fonction de l'endroit et l'heure de location du véhicule, ce qui se traduira presque toujours par une augmentation du tarif par rapport à maintenant.

Par exemple, alors qu'il coûte présentement 35 sous par minute pour louer l'une de leurs voitures, ce tarif variera prochainement entre 32 et 42 sous. Le montant fixe de 15 $ de l'heure fluctuera pour sa part entre 15,99 $ et 19,99 $.

En octobre prochain, les coûts pour les permis de stationnement diminueront pourtant de manière importante pour les entreprises de véhicule en libre-service, comme Car2go.

Afin de proposer une solution à la voiture personnelle, la Ville de Montréal a annoncé au début du mois que le prix d’une vignette pour les voitures électriques en libre-service, comme les Smart Fortwo de Car2go, chutera de moitié.

Toute l'Amérique

La directrice générale de Car2go, Hélène Mercier Brûlotte, mentionne que l'augmentation «touche tous les marchés en Amérique du Nord» et n'est pas spécifique à Montréal. Elle indique par ailleurs que cette décision est indépendante du partenariat entre l'entreprise d'autopartage et la Ville.

«Nous espérons ainsi accroître la disponibilité de nos véhicules surtout lorsque la demande est très forte», a-t-elle défendu.

De son côté, la Ville n’a pas l’intention de revenir sur sa décision de baisser le coût des vignettes, même si Car2Go a augmenté ses prix.

«Notre volonté est de permettre d’augmenter le nombre de voitures offertes et de les étendre sur un plus large territoire», a précisé l’attachée de presse du comité exécutif, Laurence Houde-Roy.

Pour sa part, Communauto, le compétiteur de Car2go, confirme ne pas avoir l'intention en ce moment de changer ses tarifs dans les prochains mois, a indiqué son vice-président, Marco Viviani.