/regional/outaouais

«Il faut aller chercher de l’aide quand les gens souffrent»

TVA Nouvelles

Julie Meunier souffrait d'un trouble bipolaire, mais n’allait pas chercher de l’aide, affirme une amie d’enfance qui n’aurait pu croire qu’un tel drame puisse se produire.

Katina Binette Mazerolle est toujours sous le choc au lendemain de l’annonce de la mort son amie qui aurait tué son enfant avant de s’enlever la vie à Lac-des-Plages, en Outaouais.

«Il faut aller chercher de l’aide quand les gens souffrent. Il faut en parler parce qu’elle, elle avait tendance à s’isoler, a affirmé Mme Binette Mazerolle en entrevue à TVA Nouvelles. Même avec ses amies proches, Julie avait un peu coupé les ponts depuis un an.»

Julie Meunier souffrait également de douleurs physiques et les médecins n'arrivaient pas à en identifier la source. Selon son amie, cela prenait une place importante dans sa vie et avait entraîné une dépression.

«En hiver, c’était très difficile. Elle pensait peut-être aller vivre dans un autre pays où le climat était plus facile», a-t-elle dit.

Katina Binette Mazerolle soutient que son amie était une excellente mère, qu’elle avait un «amour incroyable» pour sa fille. Elle a aussi affirmé qu’elle avait une belle relation avec le père de sa fille Rose, de qui elle était séparée depuis quatre ans.

La section des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec enquête sur la tragédie. Tout indique qu’il s’agirait d’un meurtre suivi d’un suicide. Julie Meunier et sa fille Rose sont mortes d’asphyxie et aucune trace de violence n’a été découverte sur les corps. Elles ont été trouvées sans vie par la femme de ménage d’un chalet loué sur Airbnb.

Si vous avez besoin d’aide

Ligne québécoise de prévention du suicide

www.aqps.info

1-866-APPELLE (277-3553)

Jeunesse, J’écoute

www.jeunessejecoute.ca

1-800-668-6868

Tel-Jeunes

www.teljeunes.com

1-800-263-2266

Dans la même catégorie