/news/politics

Un chèque de 28 000$ pour chaque producteur laitier

Marc-André Gagnon | Journal de Montréal

Avec deux mois de retard, la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a dévoilé aujourd’hui son très attendu plan de compensation aux producteurs laitiers qui se partageront un pactole de 1,75 milliard $ sur huit ans.

L’argent sera versé sous forme de compensation directe, comme réclamé par les 11 000 producteurs laitiers canadiens, dont près de la moitié sont au Québec.

Pour le propriétaire d’une ferme moyenne de 80 vaches, cela représentera un premier chèque d’environ 28 000 $, qui lui sera versé d’ici la fin de l’année 2019, a annoncé vendredi la ministre Bibeau, dans son comté de Compton–Stanstead, en Estrie.

À terme, ce même producteur laitier devrait toucher plusieurs dizaines de milliers de dollars. C’est la Commission canadienne du lait qui sera mandatée pour effectuer les paiements.

Il reste toutefois à voir si les premiers chèques seront distribués avant les élections fédérales le 21 octobre prochain, ce qui ne serait «pas impossible», selon notre source.

«Je comprends que vous auriez de loin préféré de loin aucune ouverture de marché et aucune compensation. Cependant, afin que l’ensemble de l’économie canadienne puisse continuer à prospérer, c’est à contrecoeur que nous avons dû céder des parts de marché à nos plus importants partenaires commerciaux, mais en protégeant fermement les piliers de la gestion de l’offre», a déclaré Marie-Claude Bibeau.

 

Un premier pas

Depuis plusieurs semaines déjà, les producteurs laitiers, de volailles et d’œufs tapaient du pied en attendant de savoir quand et comment leur seraient versées les indemnisations de 3,9 milliards $ promises dans le dernier budget fédéral, en raison des pertes encourues par la conclusion d’accords commerciaux.

La ministre Bibeau avait d’abord laissé miroiter qu’ils auraient l’heure juste en juin dernier. Elle s’est finalement ravisée en plaidant que la distribution de ces milliards de dollars aux différents secteurs agricoles s’est avérée plus complexe que prévu.

Cette première annonce de 1,75 G$ ne vise qu’à compenser les pertes potentielles subies par les producteurs laitiers avec l’entrée en vigueur de l’Accord commercial Canada-Union européenne (AECG) et l’Accord de partenariat transpacifique global et progressif (PTPGP).

D’autres annonces auront lieu éventuellement une fois que sera ratifié le nouvel ALÉNA, l’Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC). Quant aux producteurs de volailles et d’œufs, ils devront encore s’armer de patience.

 

Accueil favorable

La ministre devrait être accompagnée de représentants des producteurs laitiers canadiens et québécois, de même que de l’UPA.

«Il ne fait aucun doute que concéder une partie de notre marché laitier intérieur a eu un impact majeur sur le gagne-pain des producteurs laitiers. Le premier ministre Trudeau l’a reconnu et s’est engagé à l’atténuer», a réagi Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada, qui accueille « favorablement » l’annonce que fera Mme Bibeau.Jean Rousseau, producteur laitier de 8e génération à Nicolet se fait philosophe. «Un producteur, c’est quand même un éternel optimiste. Les dernières négociations ont été difficiles, mais on est parvenus à garder notre système de gestion de l’offre.»

 

L’annonce, en bref :

1,75 milliard de dollars sur huit ans

Concerne 11 000 producteurs laitiers canadiens, dont près de la moitié au Québec.

Pour une ferme laitière moyenne de 80 vaches, une aide directe de 28 000 $ sera versée d’ici la fin de l’année.

Dans la même catégorie