/news/law

Un fraudeur se fait passer pour un immigrant à Lacolle

Michael Nguyen | Le Journal de Montréal

Un fraudeur activement recherché aux États-Unis a récemment été intercepté au rang Roxham à Saint-Bernard-de-Lacolle, alors qu’il tentait de traverser la frontière canadienne en se fondant avec les demandeurs d’asile.

« Il n’avait pas de papiers et a donné [un faux nom], mais en passant ses empreintes dans une base de données du FBI, il a pu être identifié », note un agent de la Gendarmerie royale du Canada dans une demande d’extradition déposée au palais de justice de Montréal.

Fonka Arouna Moundih, 51 ans, était recherché depuis plusieurs mois par la justice californienne pour une fraude de type « Black Money ».

Dans ce stratagème, un fraudeur fait croire à sa victime qu’il est en possession de beaucoup d’argent, mais que les billets sont peinturés et inutilisables.

La victime se fait alors demander de l’argent pour acheter un prétendu produit miracle censé « nettoyer » les billets, mais bien évidemment, tout n’est que du vent.

Services secrets

C’est exactement ce que Moundih a fait à un vendeur de voitures usagées de Los Angeles, selon ce qu’il aurait admis aux Services secrets américains, après s’être fait attraper.

« Il a expliqué avoir appris l’existence de cette fraude par internet et avoir décidé de faire pareil, puisqu’il avait besoin d’argent », peut-on lire dans le dossier de cour.

Ainsi, Moundih aurait approché sa victime en lui faisant miroiter de grosses sommes d’argent. Le vendeur, identifié par ses initiales H.S., aurait accepté de verser un montant de 100 000 $.

Mais rapidement, il a senti que quelque chose de louche se tramait. H.S. a contacté les Services secrets, qui lui ont demandé de continuer à jouer le jeu, mais sous leur supervision.

Cela leur a permis d’arrêter Moundih, qui réclamait 40 000 $ supplémentaires à sa victime selon les documents de cour.

Faux bond

Accusé de fraude, Moundih devait se rapporter à la police en avril dernier, et se présenter ensuite devant le tribunal, mais il a fait faux bond à ces deux dates.

Les autorités ont tenté de le retrouver, sans succès. Même l’adresse donnée en guise de caution était fausse.

Maintenant que Moundih a été retrouvé au Québec, les autorités américaines veulent qu’il soit extradé chez eux, plutôt que d’être renvoyé dans son Cameroun natal.

« S’il est déporté au Cameroun, son rapatriement aux États-Unis serait très difficile, voire impossible », indiquent nos voisins du Sud dans leur requête.