/news/law

Un ronfleur écope de 81 mois pour un huitième vol qualifié

Nicolas Saillant - Le Journal de Québec

Real Judges Or Auctioneer Gavel On The Black Wooden Table

Stock Adobe

Un délinquant retrouvé en train de ronfler après avoir commis un violent vol qualifié au bar le Chamo à Beauport pourra se reposer pendant 81 mois dans un pénitencier fédéral.

En août 2018, après une nuit à consommer où il « perd la tête », Martin Beauchamp se présente, cagoulé et armé, au bar le Chamo. En plus d’exiger le « cash » à la serveuse de 69 ans derrière le comptoir, il s’en prend physiquement à elle en la frappant à la poitrine et à la nuque avec la crosse de son arme lorsqu’il découvre que le tiroir-caisse est vide.

Beauchamp arrache finalement la ceinture de la serveuse, qui contient environ 430 $, avant qu’un client courageux s’interpose pour protéger la femme. Le client reçoit à son tour une série de coups de la part du voleur, mais le bon samaritain réussit tout de même à faire fuir Beauchamp en lui lançant des chaises.

Endormi sur une pelouse

Après le vol violent, le délinquant s’est pourtant paisiblement endormi sur un terrain résidentiel, toujours dans Beauport. Les policiers ont procédé rapidement à son arrestation après l’avoir pris à ronfler.

En plaidant coupable aux gestes reprochés, l’homme de 44 ans de la région de Salaberry-de-Valleyfield admettait un huitième antécédent en matière de vol qualifié et une longue feuille de route en différentes matières.

Pour sa part, la victime qui travaillait comme serveuse depuis 26 ans s’est difficilement remise des gestes violents. Elle doit maintenant composer avec un choc post-traumatique et des blessures physiques.

Peine dissuasive

La couronne avait donc demandé une peine sévère de 8 à 9 ans de détention compte tenu des antécédents et des conséquences envers les victimes. « L’intoxication extrême » du délinquant a été prise en compte malgré les thérapies suivies depuis son incarcération.

Malgré la tentative de l’accusé pour se reprendre en main, notamment pour être auprès de son fils, le juge Christian Boulet a estimé qu’une peine dissuasive primait pour ce genre de crime. Ainsi, une sentence de 78 mois a été imposée pour le vol qualifié et ses gestes envers la serveuse.

De plus, une peine concurrente de trois mois a été ajoutée pour ses voies de fait armé contre le client pour une peine totale de près de sept ans.