/news/politics

Congrès de la CRCAQ: les projecteurs braqués sur la relève caquiste

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

MARC-ANDRÉ GAGNON/JOURNAL DE QUÉBEC

Alors que Jason Kenney menace à nouveau de tenir un référendum sur la péréquation en Alberta, les jeunes caquistes ont rejeté l’idée de se doter d’un plan pour mettre fin aux transferts dont le Québec est financièrement dépendant.  

C’est l’une des rares résolutions à avoir été battue, samedi, lors du congrès de la Commission Relève de la Coalition avenir de Québec (CRCAQ), qui se tient à l’Université Bishop’s.   

D’abord présentée comme une façon de rendre le Québec « plus autonome », la proposition « d’établir un plan pour que le Québec ne soit plus dépendant de la péréquation » a été tantôt comparée par une jeune militante caquiste à ce qui risquait d’être interprété comme un «aveu de culpabilité».   

Cette résolution considérée comme «anti-nationaliste» par un autre a finalement été rejetée.   

François Legault martèle depuis des années qu’un gouvernement caquiste viserait «la péréquation zéro». Quelques semaines après avoir pris le pouvoir, le premier ministre s’est mis l’Alberta à dos en parlant de leur «énergie sale», malgré le fait qu’une bonne partie des 13,1 G$ que le Québec reçoit en transferts découlent du pétrole albertain.   

Menace de référendum en Alberta  

Encore aujourd'hui, le premier ministre conservateur de l’Alberta, Jason Kenney, a relancé sur Twitter la menace de tenir un référendum sur la péréquation, faute de pouvoir concrétiser ses projets de pipelines.    

«Je n’ai nécessairement de commentaire sur ce que veut faire M. Kenney», a réagi le président sortant de la CRCAQ, Kevin Paquette.   

«Notre objectif à terme à la CAQ, ça demeure toujours de créer de la richesse», a-t-il souligné.   

Si la relève caquiste a rejeté la résolution à ce sujet, c’est qu’ils n’ont pas réussi à trouver de consensus «au niveau du moyen», a-t-il laissé entendre.   

«L’objectif de péréquation zéro demeure», a assuré M. Paquette, qui s’apprête à passer le flambeau à Keven Brasseur.   

Changement de garde  

Diplômé en sciences comptables et en administration des affaires, ce dernier a notamment travaillé par le passé en tant qu’attaché politique du député caquiste André Lamontagne.   

Près d’un an après l’arrivée de François Legault au pouvoir, c’est la première fois que la CRCAQ s’attire autant d’attention médiatique.   

Même si la CAQ forme maintenant le gouvernement, à peine 150 militants étaient au rendez-vous, samedi matin, soit deux fois moins qu’attendu. Seuls quelques députés et ministres étaient sur place à l'ouverture du congrès.   

Le premier ministre doit prononcer un discours devant son aile jeunesse, dimanche matin.   

Quelques propositions adoptées  

Tel que rapporté hier par TVA Nouvelles, une proposition d’urgence visant à encourager davantage d’enseignant à se rendre au Nunavik a été amenée aux membres. Elle a été adoptée sans débat.   

La plupart des résolutions qui ont suivi ont aussi été adoptées à toute vapeur, au fur et à mesure qu’elles étaient présentées.   

À commencer par celle de «défiscaliser les heures supplémentaires» pour mieux répondre à la pénurie de main-d’œuvre. Il avait d’abord été question de proposer au gouvernement d’en «examiner la possibilité», mais ce détour a été éliminé avec un amendement.   

Les jeunes caquistes ont aussi adopté une proposition sommant le gouvernement de créer un Secrétariat à l’économie collaborative, dont le mandat serait d’encadrer le développement de plateformes telles qu’Uber, Eva et Airbnb.   

Outre l'idée d’inclure les taxes dans le prix de vente, les jeunes caquistes ont voté en faveur d’une résolution proposant l’interdiction de la vente des boissons gazeuses et énergétiques à l’école.   

Ils ont plus tard adopté des résolutions visant notamment à: lutter contre la cyberdépendance, appuyer la relève agricole, protéger la liberté d’expression sur les campus universitaires et créer un commissaire à la langue française.