/news/world

Les États-Unis ont de «très bonnes» discussions avec les talibans

Agence France-Presse

Le président américain Donald Trump s'est félicité à nouveau dimanche des discussions en cours sur la paix en Afghanistan, assurant qu'elles étaient positives tant avec le gouvernement afghan qu'avec les talibans.

«Nous avons de très bonnes discussions avec les talibans. Nous avons de très bonnes discussions avec le gouvernement afghan», pour tenter de mettre fin au conflit entamé en 2001, a déclaré M. Trump à des journalistes dans le New Jersey (nord-est), répétant des propos tenus vendredi.

Vendredi, le président américain s'était entretenu depuis son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey, avec plusieurs hauts responsables, dont le ministre de la Défense Mark Esper, le secrétaire d'État Mike Pompeo et le chef d'état-major, le général Joseph Dunford.

Cette réunion intervenait quelques jours après la conclusion du dernier cycle de pourparlers entre États-Unis et talibans à Doha.

Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu'un accord entre Washington et les talibans pourrait être imminent. Mais certains points restaient à régler et le négociateur américain Zalmay Khalilzad pourrait à nouveau se rendre dans la région dans les prochains jours afin de poursuivre, voire finaliser, les pourparlers.

Il avait indiqué à la fin des derniers pourparlers que les équipes de négociations s'étaient concentrées «sur des détails techniques» et avaient été «productives».

Américains et talibans ont commencé des discussions directes il y a un an.

Washington veut réduire la présence militaire américaine en Afghanistan, où 14 000 soldats américains sont déployés.

«Nous allons réduire (ce contingent) encore un peu plus et ensuite nous déciderons si nous restons plus longtemps ou non», a poursuivi M. Trump. «Cela dépendra des talibans, cela dépendra du gouvernement afghan», a-t-il ajouté, confirmant que les services de renseignement américains resteront présents en Afghanistan en cas de retrait des troupes.

«Je pense qu'il est important que nous continuions à faire du renseignement là bas dans tous les cas», a déclaré M. Trump, estimant que l'Afghanistan était «en quelque sorte un nid depuis lequel on nous frappe».

Un accord entre les États-Unis et les talibans ne mettrait pas fin à la guerre en Afghanistan, une éventualité qui ne se produirait qu'avec un accord entre les insurgés et le gouvernement afghan soutenu par Washington.

Les États-Unis cherchent surtout à mettre un terme à une guerre coûteuse. Donald Trump a répété à maintes reprises son souhait de «ramener les gars à la maison», en échange de quoi les talibans pourraient s'engager à empêcher les groupes jihadistes extrémistes de faire de l'Afghanistan une base arrière pour leurs attentats en Occident.