/news/law

«Pilote des stars»: la Couronne réclame 12 ans de pénitencier contre Normand Dubé

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

FD-NORMAND-DUBE

PIERRE VIDRICAIRE/JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

La Couronne réclame que le « pilote des stars » Normand Dubé soit «sévèrement puni» et purge 12 ans de pénitencier pour avoir commandé quatre incendies criminels et harcelé deux de ses victimes. 

«C’est un dossier qui est unique et on ne peut pas laisser passer des agissements comme ça. Il faut que la sentence veule dire quelque chose, a affirmé le procureur de la Couronne Steve Baribeau, lors des représentations sur sentence ce matin au palais de justice de Saint-Jérôme. On n’est pas au Far West ici.» 

La «soif de vengeance» de Normand Dubé doit être vivement dénoncée alors qu’il n’y a « aucun facteur atténuant », a-t-il plaidé devant le juge Gilles Garneau.  

Conflits avec des fonctionnaires

En mai dernier, celui qui est surnommé le « pilote des stars » a été déclaré coupable d’avoir commandé des incendies criminels chez des fonctionnaires avec qui il était en conflit.  

Entre novembre 2013 et octobre 2014, les résidences de deux employés de la ville de Sainte-Anne-des-Plaines et celle d’une employée des douanes ont été la proie des flammes. Un véhicule a aussi été incendié. 

Les victimes étaient des fonctionnaires ayant eu maille à partir avec Dubé pour divers litiges, mais qui n’avaient en revanche aucun lien avec ceux qui ont allumé les feux. 

L’homme de 57 ans a également été déclaré coupable d’avoir harcelé deux fonctionnaires pendant plusieurs mois. 

Mépris total

«M. Dubé a scrappé la vie de ces gens-là pour des niaiserie, car il était incapable de contenir sa haine et son impulsivité, a dénoncé Me Baribeau. Son esprit de vengeance n’a d’égal que son narcissime et son mépris total pour nos lois, nos institutions, pour les gens et la vie humaine. » 

La Couronne demande que cette peine de 12 ans soit consécutive aux sept années dont Dubé a écopé pour un méfait de 30 millions $ à l’endroit d’Hydro-Québec. 

L’avocat de la défense, Me Maxime Chevalier, n’a pas encore annoncé sa position quant à la peine qu’il demande pour son client. Les représentations sur la peine se poursuivent aujourd’hui.  

Le juge Gilles Garneau devrait rendre sa décision en septembre.