/regional/montreal/laval

250 000 $ pour effacer des lignes à 750 000 $ à Laval

Agence QMI et TVA Nouvelles

La ville de Laval a autorisé cette semaine une dépense de 250 000 $ visant à retirer des trottoirs des bandes bleues et blanches de signalisation peintes pour 750 000 $ il y a deux ans.

Ces bandes avaient été faites en 2017 autour de parcs et d’écoles afin d’indiquer aux automobilistes de ralentir. Mais peu de conducteurs comprenaient le sens de ces lignes, a soutenu David de Cotis, le conseiller municipal du district de Saint-Bruno.

«Ça a zéro efficacité!», s’exclame Michel Poissan, conseiller municipal de Vimont. «Il faut gérer en fonction des besoins de gens, et non pas les imposer des mesures.»

Dolorès Deschamps, résidante de Lava l, en rajoute : «c’est de l’argent tiré par les fenêtres!»

Si M. de Cotis avait voté en faveur du projet il y a deux ans, il a indiqué que le plan initial était vraiment différent du résultat, puisqu’on parlait alors d’un mélange de mesures d’apaisement de la circulation.

Les lignes faisaient partie de plusieurs mesures de sécurité qui ont été votées par le conseil municipal pour la protection des enfants.

«Ça a été arrêté après 60 % du projet parce qu’il y avait tellement de grogne des citoyens», déplore pour sa part le chef du Parti Laval, Michel Trottier.

«Un million de dollars, il y a beaucoup d’organismes communautaires qui auraient pu faire de belles choses avec ça», poursuit-il.

Des 68 kilomètres de lignes bleues et blanches, 20 seront effacées à l'automne, principalement devant les résidences des citoyens. Celles situés devant les écoles, les parcs municipaux et les modules de jeu resteront.

Les responsables municipaux ont déclaré qu'ils continueraient à chercher des moyens de ralentir la circulation à proximité des écoles et des parcs.