/regional/estduquebec/basstlaurent

Des travailleurs mexicains pour combler les besoins d’une entreprise en expansion

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

Si de nombreuses entreprises agricoles font déjà appel à des travailleurs étrangers, d'autres industries commencent aussi à les employer. C'est le cas de Groupe Bois BSL de Mont-Joli, qui désire prendre de l'expansion, mais qui peine à recruter des employés.

L'entreprise bas-laurentienne accueille huit travailleurs mexicains depuis une semaine, une première pour cette compagnie qui oeuvre notamment dans la fabrication de plancher.

«Ce qui est certain, c'est que la première journée qu'ils sont rentrés, on a eu de l'ouvrage pour eux autres», lance Pierre-David Tremblay, président-directeur général de Groupe Bois BSL.

La pénurie de main-d'oeuvre devenait de plus en plus difficile à gérer chez Bois BSL. «On la vit davantage depuis les deux dernières années, mais ça s'est vraiment accéléré dans la dernière année», a indiqué M. Tremblay.

Non seulement les opérations journalières étaient affectées, mais le recrutement local ne permettait plus à l'entreprise de croître.

«Si on veut avoir de la croissance, développer des nouveaux produits, des nouveaux projets, je peux vous dire que c'est presque impossible avec le bassin de main-d'oeuvre que l'on a ici en région», a-t-il ajouté.

L’expérience est un tel succès jusqu'ici que Pierre-David Tremblay entreprend déjà des démarches pour faire venir plus de travailleurs étrangers l'an prochain.

Selon la Fondation des entreprises en recrutement de main-d'oeuvre agricole étrangère (FERME), les demandes provenant d'entreprises oeuvrant dans des domaines autres que le secteur agricole ont augmenté de 55% en 2017. On peut lire dans leur bilan statistique que «l'augmentation marquée des besoins dans le secteur non agricole reflète l'étendue de la pénurie de main-d'oeuvre peu qualifiée, qui s'étend désormais à tous les champs d'activités».

Dans la même catégorie