/regional/montreal/montreal

Les administrateurs des Marchés publics de Montréal démissionnent en bloc

Elsa Iskander | Agence QMI

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Les membres du conseil d’administration de la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal ont démissionné en bloc la semaine dernière, disant craindre pour «leur intégrité personnelle», pour des raisons qui restent nébuleuses.

Isabelle Laliberté, directrice de la Corporation, a annoncé cette vague de démissions dans une lettre datée du 16 août dernier adressée aux marchands. Elle n'a pas rappelé le «24 Heures» pour donner plus de détails.

La nouvelle de cette démission a résonné au conseil municipal. Selon Robert Beaudry, responsable du développement économique au comité exécutif, la démission des six membres du c.a. est reliée à des questions de gouvernance, et non pas à l’efficacité des marchés.

«La situation au niveau de la gouvernance nous préoccupe très largement», a déclaré M. Beaudry, en précisant que la Ville offre un accompagnement à la Corporation depuis plusieurs mois.

Par le passé, «le c.a. n’a pas été diligent dans sa façon de gérer les espaces du marché public», a dit l’élu. La Ville a suggéré l’ajout de personnes indépendantes sur le c.a., et la Corporation a lancé un appel de candidatures au printemps dernier.

Ces candidats n’ont pas encore été recrutés, mais la Ville y tient, notamment pour limiter les risques de conflits d'intérêts.

En matière de gouvernance, «le plan de changement qu’on avait proposé recevait énormément de résistance de la part de certains maraîchers», a relaté M. Beaudry. Et le c.a. s’est retrouvé aux prises avec des «pressions de l’externe». Une enquête policière est en cours, a précisé l’élu.

Vandalisme et intrusion

L’ex-président du c.a., Nicolas Villeneuve, a confirmé au «24 Heures» qu'un enjeu de gouvernance explique en partie la vague de démissions.

Sa propre démission était reliée à «des raisons personnelles et familiales» et des «pressions de plus en plus fortes» dans le cadre de l’exercice de ses fonctions.

«En même temps, j’ai également subi du vandalisme dans mon exploitation agricole et familiale, ainsi que l’intrusion d’un individu dans mon domicile, et ça, à quelques jours d’intervalle. Et là, j’insiste sur ce qui suit: j’ignore si tout cela a un lien, a-t-il ajouté. Moi, je crois que pour mon bien personnel et celui de ma famille, je devais démissionner.»

La Corporation gère notamment les quatre grands marchés publics de Montréal: Atwater, Jean-Talon, Lachine et Maisonneuve. Elle regroupe 250 membres, producteurs et commerçants dans une quinzaine de marchés.

Les marchands de différents marchés publics rencontrés mardi par le «24 Heures» n'ont pas voulu commenter.

- avec la collaboration de Béatrice Roy-Brunet, 24 Heures

Dans la même catégorie