/regional/quebec/quebec

La Ville de Québec condamne la tenue d’une audition XXX au Bar St-Josef

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

La Ville de Québec condamne la tenue d’auditions pornographiques sur le stationnement du Bar St-Josef et menace l’établissement de poursuites pénales s’il va tout de même de l’avant, samedi soir, dans Lebourgneuf.

Le comité exécutif de la Ville de Québec juge que l’activité n’est pas conforme à la réglementation municipale et a adopté une résolution pour la dénoncer.

«Si l'événement devait avoir lieu tel qu'annoncé, des poursuites pénales pourraient être entreprises contre le propriétaire du terrain et contre la compagnie de production», prévient l’administration municipale, dans un communiqué diffusé cet après-midi.

La résolution adoptée donne instruction à la Ville de prendre tous les moyens pour sévir contre les infractions à la réglementation.

«Le comité exécutif demande à toutes les unités administratives concernées de prendre les mesures appropriées pour faire appliquer les lois en vigueur et la réglementation de la Ville de Québec, afin d'empêcher ou sanctionner toute dérogation ou infraction», peut-on lire.

Les auditions de la boite de production AD4X prévoient que des actrices pornos vont échanger des rapports sexuels devant la caméra avec des candidats du public, hommes, femmes et couples.

Au minimum, elles masturberont ces personnes ; elles pourront tourner une scène complète si elles le désirent, disait le promoteur à Qub Radio plus tôt cet été.

Encore ce matin, en entrevue avec Le Journal, la direction du bar St-Josef disait avoir l’intention d’aller de l’avant, malgré la pression de certains groupes et citoyens et l’opposition du conseiller municipal Patrick Paquet.

«C’est 18 ans et plus, c’est consentant, il n’y a aucune personne intoxiquée qui va avoir le droit d’entrer dans le VR, même que les policiers sont invités à entrer dans le VR pour vérifier que tout est fait dans les règles de l’art, donc c’est sécuritaire», a assuré la gérante Caroline Beaulieu, disant avoir consulté deux avocats pour s’assurer de la légalité de l’événement.