/news/politics

Le Bloc réclame une étude sur la vente d'Air Transat

Agence QMI

Le Bloc québécois a réclamé, dans une lettre ouverte adressée au ministre des Transports, qu'une enquête soit ouverte sur l'acquisition d'Air Transat par Air Canada, citant des inquiétudes en matière de protection du français et de concurrence.

Dans la missive signée par le porte-parole en matière de transports du Bloc Louis Plamondon et le chef Yves-François Blanchet, le parti estime «qu'il y a des raisons légitimes de croire que les francophones du Québec et du Canada ne seront plus en mesure de faire affaire avec une compagnie aérienne pouvant leur garantir un service de qualité dans leur langue», advenant que la vente d'Air Transat aille de l'avant.

À LIRE ÉGALEMENT

Les petits actionnaires appelés à refuser l'offre

Le Bloc reconnaît qu'Air Canada est obligée, en vertu de la loi, d'offrir un service dans les deux langues officielles, mais rappelle qu'elle se trouve au premier rang «des plaintes formulées au Commissariat des langues officielles pour ne pas avoir respecté ses obligations linguistiques».

«Nous avons également des inquiétudes au sujet du manque de concurrence dans le transport aérien au Québec et au Canada», a poursuivi M. Plamondon dans sa lettre adressée au ministre Marc Garneau. Le député croit que la concurrence entre les deux transporteurs peut aider à faire diminuer les prix pour les dessertes aériennes régionales.

Par conséquent, le Bloc réclame que le ministre mandate l'Office des transports du Canada afin d'étudier la transaction et de déterminer si celle-ci pourrait avoir un effet néfaste pour les voyageurs.

Air Canada compte acquérir Air Transat pour un montant de 720 millions $, bonifié le 11 août dernier après le dépôt d'une première offre à 520 millions $ en juin.

Dans la même catégorie