/news/culture

Le jardin fantastique

Gabriel Beauchemin | Agence QMI

ART-METAFLORE

Joël Lemay / Agence QMI

Dans le cadre de l’événement RU, présenté jusqu’à dimanche sur l’avenue du Mont-Royal, le projet Métaflore se réapproprie les codes d’un jardin botanique pour faire une grande installation florale bien décalée et surréelle.

Réputé pour ses grandes fresques, souvent peintes à la tombée de la nuit, l’événement RU (Réappropriation urbaine) souhaitait cette année concevoir une exposition qui serait durable et que l’on pourrait apprécier tout au long de la fin de semaine.

« Dans l’événement RU, la plupart de nos activités sont souvent éphémères, comme la grande fresque, et si on n’est pas là, et bien on les manque. Depuis quelques années, on a développé des concepts pour les quatre jours de l’événement», a indiqué Stéphanie Leduc, designer d’événements et conceptrice du projet Métaflore.

Métaflore saisira donc la place publique Fleurs-de-Macadam, à l’angle de l’avenue Mont-Royal et de la rue Boyer, pour en faire un véritable musée à ciel ouvert. Les visiteurs pourront y admirer des sculptures, des peintures, des performances et des installations numériques qui tenteront de représenter la flore et l’univers botanique de façon fantastique et envoûtante.

« L’an dernier, on avait un concept qui s’appelait Psychozoo, où on reprenait les codes architecturaux d’un zoo. Cette année on s’est dit qu’on allait travailler autour du thème du jardin botanique, mais on s’est dit qu’il ne fallait pas que ce soit un jardin botanique ordinaire. Il fallait que ce soit assez fou », a poursuivi Mme Leduc.

Ainsi, plusieurs des sections que l’on retrouve habituellement dans un jardin botanique y seront présentées, mais de façon beaucoup plus onirique et décalée.

Des flacons et une boîte

Alexandre Lafleur, de son nom d’artiste Poison Delux, a imaginé une boîte dans laquelle il a construit plusieurs champignons et plantes vénéneuses, pour donner un côté un peu effrayant et surnaturel à la végétation que l’on retrouve généralement dans un jardin.

« Ce sera une boîte qui va être suspendue, les gens vont pouvoir rentrer leur tête à l’intérieur et vont pouvoir se tourner, sur 360 degrés, pour voir ce qui s’y passe. J’y ai construit une sorte de jardin, que j’appelle mon jardin vénéneux, un jardin un peu toxique, de plantes, de champignons, de cactus. C’est plutôt psychédélique. »

L’artiste Alix Leclerc a quant à elle imaginé différents flacons, chacun associé à des dessins de créatures étranges, où l’on peut y sentir des odeurs inconnues.

« Je trouvais vraiment intéressant d’associer des odeurs à des animaux qui n’existent pas », a indiqué Alix Leclerc.

« C’est un laboratoire où on développe des odeurs hybrides en mélangeant des fleurs avec des aliments, avec des huiles, donc ça va être intéressant de sentir tout ça », a poursuivi Stéphanie Leduc.

Des fresques de tous genres

Le projet Métaflore, s’il représente l’élément central de l’événement RU cet été, est loin d'en constituer la seule activité d’importance. Sylvie Dugré, directrice générale d’Odace Événement, en charge de RU, propose trois incontournables pour la fin de semaine.

1- La grande fresque, coin Mont-Royal / Saint-Hubert, Vendredi soir de 21h à 1h du matin

« La grande fresque demeure toujours un de mes coups de cœur. Il y a longtemps que je suis à la barre d’Odace, donc j’ai plusieurs grandes fresques derrière la cravate, mais ça demeure une activité qui me séduit et qui se renouvelle d’année en année. »

« Ce qui est intéressant dans la grande fresque c’est la mixité. Au départ, les premières années, on avait beaucoup d’artistes qui venaient du milieu de la bande dessinée, et on en a toujours aujourd’hui, mais on a également des muralistes, des artistes qui sont davantage dans l’illustration et dans le graphisme. »

« Ce sont des gens qui travaillent de façon différente, mais qui se regroupent pour un soir pour faire des œuvres sur la même thématique. »

« Il y a quelque chose d’intéressant de penser à travailler sur une thématique naturelle ou florale en plein centre de Montréal, surtout que l’on travaille sur le bitume directement. »

2- XL Arts Montréal, coin Mont-Royal/ Saint-Hubert, samedi soir de 20h à 23h

« On voulait ajouter une soirée de performances en art visuel en soirée. Ce sont vraiment des peintres qui se sont regroupés il y a environ huit ou neuf ans pour créer des œuvres de grands formats, des œuvres sur toiles. »

« Ils ont fait des duos d’artistes qui avaient le goût de travailler ensemble et ils vont travailler sur des surfaces de huit pieds par huit pieds. Il y a aura quatre œuvres au total, le temps d’une soirée. »

« Ce sera une façon différente d’explorer le grand format et de façon directe, en travaillant devant public. »

3- Fresque participative, coin Mont-Royal / Saint-Hubert, Vendredi soir de 21h à 1h du matin

« Lors de la grande fresque, ce dont on s’est rendu compte, c’est que chaque année les gens du public nous indiquaient qu’ils aimeraient ça pouvoir participer, s’exprimer, faire aussi de la peinture. »

« Ça fait deux ans que l’on demande à l’organisme MU de faire une fresque qui est participative. Ils arrivent et font participer les gens, il y a un canevas, c’est dirigé, et ça permet aux gens qui veulent tenter l’expérience de peindre sur le bitume aussi. »