/regional/quebec/quebec

Tramway: le président du RTC invité à «changer de ton»

Dominique Lelièvre | Le journal de Québec

Simon Clark/Agence QMI

Le conseiller d’opposition Jean Rousseau remet en doute la légitimité du président du RTC, Rémy Normand, comme porte-parole dans le dossier du tramway de Québec, évoquant qu’il puisse être remplacé «s’il n’est pas capable de changer de ton». 

«De grâce, que l’on ait un autre porte-parole que Rémy Normand», a laissé échapper le seul élu de Démocratie Québec devant les médias, jeudi, alors qu’il s’exprimait sur l’indemnisation des commerçants pendant le mégachantier du réseau structurant de la municipalité. 

Au passage, Jean Rousseau a dénoncé le manque de «sensibilité» démontré selon lui par Rémy Normand aux commerçants de la route de l’Église, qui subit présentement une importante cure de rajeunissement, sans lien, il faut le rappeler, avec la construction du tramway.  

M. Rousseau a dit craindre que cette attitude soit de mauvais augure pour le «chantier majeur» que sera celui du réseau structurant. 

«Si on n'est pas capable de gérer la route de l'Église, comment on va gérer le projet du tramway, qui va être encore plus important et encore plus éprouvant pour les citoyens?», a-t-il lancé. 

«On verra»

L’élu, invité à préciser sa pensée, n’a pas voulu exiger le remplacement de M. Normand comme porte-parole dans ce dossier, comme il avait semblé le laisser entendre. 

«S’il n’est pas capable de changer de ton, que l’on change de porte-parole. S’il change de ton, on verra», a-t-il laissé tomber. 

«Il faudrait que l’on ait un porte-parole qui soit beaucoup plus éloquent et qui soit beaucoup plus structuré en ce qui concerne justement les impacts, les conséquences, mais aussi qu’on réponde aux questions» des citoyens, a plaidé Jean Rousseau. 

M. Rousseau reproche en particulier à M. Normand d’avoir déclaré au sujet des commerçants de la route de l’Église que leur avenue n’avait «pas évolué beaucoup au cours des dernières années». 

«Ce que je dis, c’est que le ton employé par Rémy Normand n’est pas du tout le bon ton à l’heure actuelle. [...] Que ce soit M. Normand ou un autre, il faut changer de ton, parce que à l’heure actuelle, c’est vitriolique et les gens en ont assez», a estimé M. Rousseau. 

Baisse de taxes

Le conseiller municipal tenait un point de presse pour proposer une baisse de taxes aux citoyens et aux commerçants qui subiront un préjudice important pendant la construction du tramway. Il ne ferme pas non plus la porte à une autre forme de dédommagement pour la perte de revenu. 

«Ces gens-là vont vivre un supplice pendant quatre ans, alors il faut qu’on envoie un signal fort», a évalué M. Rousseau, qui a aussi salué que l’apport du fédéral au budget est maintenant assuré. 

L’élu en a profité pour s'attribuer une partie du crédit dans ce dossier, se disant «fier que le maire ait récupéré l’idée du projet de tramway mis de l’avant par Démocratie Québec» puisque le maire Régis Labeaume s’était tenu loin de ce mode de transport lors de l’élection de 2017.

Dans la même catégorie