/news/world

Un chirurgien accusé de pédophilie aurait fait près de 200 victimes en France

Agence France-Presse

CAPTURE D'ÉCRAN/GOOGLE STREET VIEW

Le cas d'un chirurgien retraité de Charente-Maritime, en France, qui doit être jugé l'an prochain pour viols et agressions sexuelles sur quatre mineures, pourrait se muer en une affaire de pédophilie d'ampleur portant sur plusieurs décennies, après le dépôt récent de nouvelles plaintes, a appris l’AFP jeudi de sources concordantes.

Le chirurgien de 68 ans a été renvoyé en mars dernier devant la Cour d'assises de Charente-Maritime, à Saintes, où il devrait être jugé début 2020, pour viol sur mineur de moins de 15 ans, par personne ayant autorité, agression sexuelle incestueuse sur mineur, exhibition sexuelle, notamment.

Le chirurgien, qui reconnaît partiellement les faits, encourt 20 ans de prison.

Les faits reprochés, a précisé le parquet de La Rochelle, datent de 1989 à 2017, période pendant laquelle le chirurgien a exercé en Bretagne, en Touraine, et en Charente-Maritime, à l'hôpital de Jonzac. Ils concernent quatre victimes mineures.

Le chirurgien, qui a été confondu à la suite de la plainte des parents d'une fillette de Jonzac au printemps 2017, a été mis en examen en mai 2017. Il est en détention provisoire depuis cette date.

Mais à côté de ce que le parquet de La Rochelle qualifie de «premier volet», l'enquête «se poursuit pour identifier et entendre d'autres éventuelles victimes» dans l'entourage proche ou professionnel de l'accusé.

Lors d’une perquisition, des gendarmes auraient mis la main sur des carnets où le médecin détaillait les abus sexuels commis sur des enfants depuis le début des années 1990.

Selon plusieurs médias français, ces «journaux intimes» contiendraient les noms de près de 200 victimes potentielles.

Les enquêteurs auraient aussi découvert des poupées cachées sous son plancher, des perruques, objets sexuels et des photos de lui dénudé.

Ils étudient toutes ces pistes pour ce qui pourrait être la plus grosse affaire de pédophilie en France.

Mode opératoire sordide

Le chirurgien digestif aurait profité du passage à l’hôpital de ses petites victimes pour abuser d’elles.

Il aurait parfois agi alors que les enfants étaient en «phase de réveil» après une opération rapporte le quotidien «La Charente Libre».