/finance/homepage

Des boissons alcoolisées à Sainte-Anne-de-la-Pérade

Molly Béland | TVA Nouvelles

D'abord connue pour la pêche aux petits poissons des chenaux, Sainte-Anne-de-la-Pérade a un nouveau visage; celui des boissons alcoolisées. Une famille du coin conçoit ses produits 100% localement.

Ce qu'il y a de particulier avec les boissons, c'est qu'aucun alcool n'est ajouté contrairement à certaines grandes marques. Le taux d’alcoolémie provient de la fermentation des fruits. Des fruits qui ont d'ailleurs été cueillis dans leurs propres champs.

«C'est comme une maman avec son bébé, ça fermente pendant 9 mois puis on accouche du produit», a comparé un des copropriétaires des Boissons du Roy, Steve Massicotte.

Un engouement à la hausse

Avec la sortie de leur dernière sangria, les ventes de l'entreprise ont triplé. «C'est un goût auquel les gens ne s'attendent pas nécessairement. En lisant ''vin de rhubarbe'', on peut être réticent, mais une fois qu'ils ont goûté, ils reviennent souvent en racheter», a ajouté le copropriétaire.

Les produits sont disponibles dans plusieurs points de vente au Québec, dont certaines tablettes d'épiceries et à la SAQ.

Pour répondre à la grande demande, l'entreprise devra rapidement penser à une façon de produire plus en ayant déjà une bonne cadence.

«C'est certain qu'on n'aura pas le choix d'agrandir parce qu'on va manquer de place bien vite», a confirmé un autre copropriétaire et conseiller en entreprise chez Boissons du Roy, Éric Gauthier. Il a d'ailleurs affirmé avoir les plans du nouveau bâtiment et le futur emplacement. Les rénovations devraient être commencées d'ici deux ans.

Vers l’international?

La Chine aurait manifesté son intérêt à l'entreprise et voudrait maintenant acheter les produits péradiens.

«On a le contact en Chine, mais c'est vraiment tout nouveau alors on n'a pas encore commencé à planifier le projet», a avoué M. Massicotte. Tellement nouveau que TVA Nouvelles a appris la bonne nouvelle en même temps que le reste de la famille. L'équipe est très fière d'avoir attiré l'attention à l'autre bout du monde.