/news/politics

Ottawa confirme son intérêt pour le rachat du pont de Québec

Jean-Luc Lavallée | Journal de Québec

Archives/Agence QMI

Incapable de s’entendre avec le CN sur le sort du pont de Québec, rongé par la rouille, le gouvernement Trudeau a confirmé, vendredi, qu’il est «prêt à acquérir» l’infrastructure s’il le faut pour sceller le dossier.

Comme le révélait Le Journal de Québec dans ses pages ce matin, l’ancien grand patron d’Industrielle Alliance Yvon Charest a été nommé à titre de négociateur spécial pour tenter de dénouer l’impasse. Son entrée en poste est effective dès maintenant. Il devra consulter les divers intervenants au dossier et présenter des recommandations finales au gouvernement «pour examen en 2020», a-t-on précisé.

Parmi les options sur la table, celle d’un «transfert de propriété du pont avec indemnisation adéquate» est du nombre. Ottawa évoque aussi la possibilité de forcer la restauration du pont de Québec avec une loi.

L’annonce, faite quelques semaines avant le déclenchement des élections fédérales, a eu lieu en après-midi à l’Aquarium du Québec sur la terrasse d’un restaurant, avec le pont de Québec en toile de fond. Les ministres François-Philippe Champagne et Jean-Yves Duclos ainsi que le secrétaire parlementaire Joël Lightbound y étaient avec le maire de Québec Régis Labeaume.

Le CN, faut-il le rappeler, est propriétaire du pont de Québec depuis 1993. L’entreprise refuse depuis des années de payer pour compléter le travail de restauration de la structure, inachevé en 2005, faute de fonds suffisants. Il en coûterait plusieurs centaines de millions pour une nouvelle couche de peinture, selon les plus récentes estimations.

Guilbault refuse de commenter

« À l’approche de la campagne électorale » fédérale, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a préféré s’abstenir de commenter, a-t-on indiqué à son cabinet.

Tout porte à croire que Québec souhaite laisser à Ottawa le soin de régler le dossier de la peinture du pont comme les libéraux de Justin Trudeau s’y étaient engagés en 2015.

« L’engagement du gouvernement du Québec est d’investir d’importantes sommes sur le tablier du pont [environ 200 M$] dans les prochaines années, ce que nous ferons », s’est limitée à dire l’attachée de presse de Mme Guilbault, Amélie Paquet. Dans tous les cas, « c’est clair qu’on souhaite un dénouement positif », a-t-elle ajouté.

- avec la collaboration de Marc-André Gagnon, Bureau parlementaire

Dans la même catégorie