/finance/homepage

RONA pourrait subir de nouvelles compressions

Pierre Couture | Journal de Québec

DEREK RUTTAN

Le quincaillier américain Lowe’s n’exclut pas de nouvelles compressions pour améliorer la rentabilité de son réseau de magasins RONA et Réno-Dépôt.

Lowe’s Canada continue « d’analyser toutes les facettes de ses opérations afin de trouver des leviers additionnels pour optimiser davantage son réseau », a indiqué hier au Journal une porte-parole de l’entreprise, Andrea Danielle Wong.

Le grand patron de Lowe’s, Marvin Ellison, croit que la division canadienne de l’entreprise devra être plus agile au cours des prochains trimestres.

Changement de stratégie

Sans dévoiler les résultats de sa filiale canadienne, Lowe’s a évoqué un changement de stratégie au Canada, mardi, lors du dévoilement de ses résultats financiers du deuxième trimestre (mai à juillet).

Les ventes de magasins (comparables) de Lowe’s au Canada se sont affichées en baisse au dernier trimestre, alors que l’inverse a été observé aux États-Unis.

Les ventes de Lowe’s ont progressé de 3,2 % dans ses quincailleries américaines, dont 2,3 % dans les magasins ouverts depuis un an. « Nous continuerons à faire des ajustements au Canada », a prévenu le PDG de Lowe’s lors d’une conférence avec les analystes.

Depuis l’automne dernier, Lowe’s dit avoir posé des « gestes importants » au Canada en vue d’améliorer sa performance. Lowe’s Canada a notamment fermé 27 magasins et son bureau régional de Mississauga, en Ontario, tout en consolidant ses activités à son siège social canadien de Boucherville.

Perte de valeur

En février dernier, Lowe’s a également révisé en forte baisse la valeur de sa division canadienne à 2 milliards $, en chute de 1,2 milliard $.

Lowe’s avait allongé 3,2 milliards $, en 2016, pour acquérir le québécois RONA et son réseau canadien de près de 500 magasins. À cette date, Lowe’s ne comptait que 40 succursales au Canada.

Au dernier trimestre, Lowe’s a engrangé un bénéfice net de 1,68 milliard $ US, soit 2,14 $ US par action. À la même période l’an dernier, le bénéfice avait été de 1,52 milliard $ US, ou 1,86 $ US par action. Les revenus ont totalisé 20,99 milliards $ US, dépassant les attentes de Wall Street.