/finance/homepage

Un vol de 19 heures peut-il avoir des effets sur la santé?

TVA Nouvelles d'après CNN

AFP / Archives

Des gens d’affaires seront prêts à payer cher leur billet d’avion pour éviter une escale entre des destinations très éloignées, mais un vol de 19 heures peut-il avoir un impact sur la santé des personnes à bord ? La compagnie aérienne Qantas mènera des tests.

D’ici 2023, des vols relieront New York ou Londres à des villes de la côte est de l’Australie, sans escale. En prévision, la compagnie australienne mènera trois vols tests cet automne avec 40 personnes à bord.

Les experts dans l’appareil surveilleront notamment la «santé, le bien-être et l’horloge interne» des passagers. Ils vérifieront aussi le niveau de mélatonine, parfois surnommée l’hormone du sommeil, du personnel de bord.

Selon Bjorn Fehrm, un analyste cité par la chaîne américaine CNN, les avantages d’un tel vol sont évidents pour les passagers en raison de la réduction du temps de voyagement, mais diviser le voyage en deux vols est moins coûteux pour les compagnies aériennes.

Au final, ce type de vol long-courrier demeurera réservé à un groupe très sélect. Il existe déjà des vols longs de 17 heures entre New York et Singapour, mais le type d’avion qui assure cette liaison ne représente qu’une infime fraction de la flotte mondiale.

Dans la même catégorie