/news/currentevents

Déraillement d'un wagon près de Lac-Mégantic

Agence QMI

Un wagon d’un train appartenant à l’entreprise impliquée dans la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic a déraillé samedi matin pour ensuite remonter sur les rails, à Nantes, près de Lac-Mégantic, en Estrie.

L’incident est survenu vers 9h, a expliqué Chris Krepski, porte-parole au Bureau de la sécurité des transports du Canada. Il n’y a pas eu de blessé ni de déversement de matière dangereuse, a-t-il indiqué.

Selon le porte-parole, le train a continué sa trajectoire ensuite puisque le wagon serait remonté sur les rails. Il a précisé qu’aucune équipe du BST ne devait se rendre sur les lieux.

La Sûreté du Québec a confirmé qu’elle avait été informée de l’incident survenu près de route 161.

Le train appartient à la Central Maine and Quebec Railway, anciennemment Montreal, Maine and Atlantic Railway.

Pas de réparation

Selon le porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, Robert Bellefleur, les autorités ont inspecté ce segment au début du mois de mai et ont identifié une section de rail dangereuse.

Le 12 août, l’homme est retourné sur les lieux et rien n’avait été réparé, affirme-t-il en entrevue avec TVA Nouvelles.

«On aimerait demander au ministre des Transports [Marc Garneau] en quoi consiste la réelle sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic. Il se targue de nous dire toujours que la sécurité ferroviaire s’est améliorée à Lac-Mégantic, mais nous on constate que non. Il n’en est rien.»

Selon ses informations, on peut s’estimer chanceux que rien de grave ne soit arrivé ce samedi.

«Il y a deux trains qui sont passés ici ce matin, explique-t-il. Le premier transportait des matières dangereuses et a failli dérailler. C’est le deuxième dont les roues sont sorties des rails.»

Dans le premier convoi ferroviaire, on trouvait du gaz propane, de l’essence avec de l’éthanol, de l’acide sulfurique dans des wagons-citernes DOT-111, censés être périmés et des citernes de bitume d’asphalte.

Dans celui dont les rues ont quitté le rail, il n’y avait que du vrac, semble-t-il.

Douloureux rappel

L’incident de samedi arrive six ans après la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic. En début de nuit, le 6 juillet 2013, un train de 72 citernes remplies de pétrole brut laissé sans surveillance sur la voie de circulation à Nantes, s'est mis en mouvement pour partir à la dérive sur une douzaine de kilomètres et dérailler au centre-ville de Lac-Mégantic.

Lors des commémorations, en juillet dernier, la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic déplorait que des trains soient toujours stationnés en haut des pentes à Nantes.

Elle estimait la situation actuelle tout aussi dangereuse qu’il y a six ans et réclamait la tenue d’une enquête publique indépendante