/news/society

Faut-il s’inquiéter des conséquences du vapotage?

TVA Nouvelles

Alors qu’une personne qui vapotait est morte aux États-Unis suite à une maladie pulmonaire grave, les réactions au Québec sont partagées.

La nouvelle surprend peu Claudia Therrien, dont la fille a développé une dépendance au vapotage. «La première chose que le docteur nous avait dite, en mars dernier, c'est "il faut sortir publiquement avant qu'il y en ait un qui meure"».

C’est qu’un fumeur absorbe environ 1 milligramme de nicotine par chaque cigarette fumée explique le docteur Christian Fortin, de la clinique Médic Axion. Ce chiffre peut rapidement grimper dans le cas du vapotage.

Pour les gens de l'industrie, l’événement souligne l'importance d'acheter ses produits dans des boutiques spécialisées. Il demeure très facile de se procurer des liquides pour vapoter en quelques clics, ou même faire sa propre recette.

«Je pense que c'est en relation avec le THC et les produits alternatifs au THC, comme le "shatter", qui se vend illégalement», avance Alex D. Caza, propriétaire d’iVap.

Des passants rencontrés par TVANouvelles se demandent quant à eux ce qui représente le moindre mal, entre la cigarette traditionnelle et la cigarette électronique. Un autre soutient qu’on ignore les conséquences à long terme du vapotage.

Selon Santé Canada 14 cas d'effets néfastes sur la santé liés à l'utilisation de la cigarette électronique ont été signalés au pays depuis janvier 2015.

Dans la même catégorie