/news/culture

«Royal Corgi»: est-ce vraiment pour les enfants?

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Mais à qui donc s’adresse cette histoire de l’un des chiens de la reine Élisabeth II racontée dans «Royal Corgi»?

Rex (voix de Guillaume Galienne dans la version française présentée au Québec) est le corgi préféré de la reine (voix de Brigitte Virtudes). À ce titre, il jouit d’une existence de rêve à l’intérieur des murs du palais de Buckingham, domestiques, excellente nourriture et luxueux confort inclus. Cette vie sans histoire se gâte lorsque le président Trump (voix de Lionel Tua) et son épouse Melania (Alexia Lunel) viennent en visite officielle.

Mitzi (voix de Barbara Tissier), la chienne du président, veut absolument séduire Rex, à son corps défendant. Voulant se soustraire à ses avances, le corgi mord le président... à l’entrejambe, déclenchant ainsi un incident diplomatique. Après s’être fait rabrouer par la souveraine, Rex quitte Buckingham, Charlie (voix de Christian Gonon), un autre corgi, lui faisant croire qu’il pourrait obtenir une place au Vatican.

Malheureusement, le pauvre chien se retrouve à la rue et se fait embarquer dans un Fight Club organisé par Tyson (voix de Jérémie Covillault) duquel il parviendra finalement à s’échapper pour retrouver ses pénates ainsi que l’affection royale.

Réalisé par le duo belge Ben Stassen et Vincent Kesteloo sur un scénario de Rob Sparckling et John R. Smith (responsables de «Gnoméo et Juliette), ce film d’animation séduit tout d’abord par ses visuels impeccables, qui rappellent un peu «Là-haut», chef d’œuvre de Pixar. On trouve également quantité de gags et de clins d’œil à d’autres longs métrages d’animation, qu’il s’agisse de «Comme des bêtes» ou «Les Minions». Mais c’est là que s’arrêtent les compliment

Les dialogues entendues et les situations dans lesquelles se retrouve Rex n’ont rien d’enfantin. À la vue de la poursuite de Mitzi au Fight Club, on jurerait que ce «Royal Corgi» a été pensé d’abord et avant tout pour les adultes. Et que dire de ce chien qui renifle un lacet de chaussures en pensant qu’il s’agit de drogue?

Dommage, car tant la famille royale d’Angleterre que les chiens préférés de la reine constituent un sujet en or (sans jeu de mots!), qu’il aurait été possible d’exploiter de manière bien plus subtile et amusante.

Note: 2 sur 5