/regional/homepage

Voici 15 des pires routes du Québec

Stéphanie Martin | Journal de Montréal

Le Journal a passé l’été à sillonner les routes du Québec pour signer une série de reportages qui démontrent que le réseau sur lequel vous roulez quotidiennement a grandement besoin de soins et de fonds additionnels. Nous recensons aujourd’hui les pires cas rencontrés par nos journalistes dans toute la province.

1. Un nid-de-poule funeste

L’histoire d’Ihor Horbanov a ému le Québec. Ce père de famille d’origine ukrainienne, nouvellement arrivé au Québec après avoir fui la guerre avec la Russie, a trouvé la mort sur l’autoroute 30, en Montérégie, après avoir roulé dans un énorme nid-de-poule, puis perdu la maîtrise de son véhicule. La tragédie a miraculeusement épargné sa femme et ses deux enfants, qui prenaient place dans la voiture.

2.Le chemin Craig à Lévis parmi les pires

Le chemin Craig a fait une entrée fracassante dans le palmarès des pires routes de CAA-Québec cette année en se hissant au troisième rang provincial. La route de 6 km située entre Saint-Nicolas et Saint-Étienne-de-Lauzon est constellée de nids-de-poule, de crevasses et de bosses, à un point tel que certains résidents ont subi des dommages sur leurs véhicules. La Ville de Lévis, bien au fait des plaintes des résidents, affirme que la réfection de la couche d’asphalte sera complétée en 2020. Le maire Lehouillier avait confirmé, en juillet, qu’un premier tronçon de 2,2 km serait retapé dès cette année.

3. Le «tiers-monde» dans Lotbinière

Des élus de la MRC de Lotbinière n’en peuvent plus de demander depuis des années la réfection de la route 132 entre Sainte-Croix et Leclercville.

«C’est le tiers-monde», déplorent-ils, alors que les voitures doivent faire des zigzags pour éviter les trous dans la chaussée. Pour l’instant, le MTQ s’en tient à du rapiéçage, mais promet que le tronçon sera refait en 2020.

4. Arrêté par la police en évitant les «nids-de-dinde»

La police de Sainte-Adèle, dans les Laurentides, croyait que Tom Fermanian zigzaguait sur la route parce qu’il était ivre, mais le conducteur essayait plutôt d’éviter les énormes «nids-de-dinde» de la 117. L’homme d’affaires n’avait pas bu une goutte d’alcool et a bien fait rire les agents, qui l’ont laissé partir après qu’il leur eut dit qu’il évitait les trous pour qu’il lui reste un peu de sa voiture, une fois arrivé chez lui.

5. Un pneu brisé par jour

La route 116, entre Warwick et Victoriaville, fait le malheur des automobilistes, mais le bonheur des garagistes.

Certains établissements du Centre-du-Québec ont en effet fait des affaires d’or grâce aux terribles nids-de-poule qui jalonnaient la 116 cet hiver. Un garagiste confiait au Journal qu’il avait réparé en moyenne une crevaison par jour causée par le mauvais état de la chaussée. Le MTQ annonçait des travaux pour cet été.

6. Un «champ de mines»

Le chemin Taché Ouest s’est vu attribuer le qualificatif peu enviable de «champ de mines» par les résidents de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent. Les conducteurs circulent au centre de la chaussée tellement les bords de la route sont abîmés, et ils doivent reprendre leur voie quand un véhicule vient en sens inverse. «C’est de la conduite défensive», raconte un résident.

7. Le parent pauvre du Lac-Saint-Jean

La «route d’Hébertville», surnommée «petit parc» des Laurentides, fait piètre figure à côté de sa cousine, la 175, qui a été retapée à coups de millions. Les Jeannois estiment que l’argent va au Saguenay et qu’il ne leur reste que des miettes. Leur route 169 est si abîmée et dangereuse que plusieurs n’hésitent pas à faire un détour de 50 km par Chicoutimi pour l’éviter.

8. Pris dans un nid-de-poule

À Mascouche, on peut rester pris dans un nid-de-poule si on a la mauvaise idée de s’engager sur le chemin Saint-Henri. C’est arrivé à une voiture de police, se souviennent les résidents. Sans compter les crevaisons, les vibrations qui font trembler les murs et les accidents divers qui sont survenus à cause du mauvais état de la chaussée. Le chemin figure d’ailleurs sur le palmarès CAA des pires routes depuis deux ans.

9. De l’asphalte neuf défait après deux semaines

À Pierreville, dans le Centre-du-Québec, on a refait à neuf la route Marie-Victorin avant d’en démolir une section deux semaines plus tard pour remplacer un ponceau. L’asphalte neuf, posé quelques jours auparavant, a donc été retiré et remplacé. Pourtant, le MTQ savait que le ponceau devait être réparé. Les citoyens et le CAA-Québec ont dénoncé la mauvaise planification des travaux par le MTQ et le «gaspillage de fonds publics». Le ministère a plaidé l’urgence de repaver la route pour assurer la sécurité.

10. Une autoroute construite sur des sols mous

L’autoroute 30, construite dans les années 1970, a mal vieilli puisqu’elle repose sur de mauvaises fondations perméables. Le tronçon entre Brossard et Sorel-Tracy est complètement fissuré. Elle est la seule autoroute de la province à figurer dans le palmarès des pires routes. Même un asphaltage neuf ne tient pas longtemps. Le MTQ n’a aucun plan à long terme pour la reconstruire.

11. Moto bousillée par une crevasse de 8 pouces

Un motocycliste d’expérience a vu sa moto complètement bousillée lorsqu’il a roulé dans une crevasse de huit pouces de profond sur la route 139, à Acton Vale, en Montérégie. Il a évité de justesse l’accident qui aurait pu avoir des conséquences graves, surtout qu’il avait une passagère avec lui. La moto de Stéphane Guertin a cependant été déclarée perte totale. La route a été réparée ensuite.

12. Grave accident en scooter

Un nid-de-poule a causé la chute d’un conducteur de scooter en juillet à Shawinigan. Dereck Gélinas a eu la frousse de sa vie quand la roue de son cyclomoteur s’est coincée dans une importante dépression dans la chaussée de la route 153. Le jeune homme a été projeté au sol et a subi un traumatisme crânien, une fracture de la clavicule et de nombreuses lacérations partout sur le corps.

13. Un pont qui inquiète

Le pont Arthur-Bergeron n’a pas bonne mine et les élus des deux municipalités qu’il relie, Sainte-Flavie et Grand-Métis, s’inquiètent. Ils demandent au MTQ de le reconstruire. À plusieurs endroits, le béton s’effrite et on aperçoit l’armature d’acier corrodé. Le MTQ jure quant à lui que la structure est sécuritaire. Les travaux ne sont pas prévus avant trois ans.

14. Une heure de détour

Des agriculteurs de Bécancour en ont pour trois ans à faire un détour d’une heure avec leur machinerie agricole pour accéder à leurs champs et en revenir en raison de deux ponts en réparation.

Les véhicules, qui sont plus larges que la moyenne, et circulent plus lentement, ne peuvent plus emprunter le pont des Bouvreuils et celui du chemin des Épinettes. Les détours nuisent à la rentabilité des fermes, selon les agriculteurs.

15. Les roues dans la boue

Des citoyens de l’Assomption demandent à la Ville de les sortir de la boue. Leur petit chemin Raynauld qui appartient à la municipalité n’est pas asphalté et devient impraticable au printemps. Il leur en coûte des milliers de dollars en réparation sur leurs véhicules. La Ville prétend que l’entretien doit être assumé par la taxe des citoyens, mais à six voisins, ceux-ci n’ont pas les moyens de débourser les centaines de milliers de dollars qu’il en coûterait.