/news/politics

Le Bloc mise sur le nationalisme économique

Étienne Paré | Agence QMI

STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Protection de la gestion de l'offre, sauvegarde des sièges sociaux ou défense des emplois au Québec : le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a imposé ses thèmes économiques en vue de la campagne électorale lors d'un grand rassemblement, dimanche à Montréal auquel participait notamment l'ancien chef du Bloc Gilles Duceppe et le président de Québecor et ex-leader du PQ, Pierre Karl Peladeau.

À quelques semaines du déclenchement de l'élection, le chef bloquiste a voulu fouetter ses troupes en s'attaquant au bilan économique du gouvernement libéral.

«Est-ce que le gouvernement du Canada sert le Québec lorsqu'on laisse se précipiter une transaction qui risque d'envoyer au Canada - comme si c'était la même chose que le Québec - un fleuron de notre économie comme Air Transat?» a-t-il lancé sous les applaudissements de la centaine de militants présents.

Yves-François Blanchet s'est aussi positionné comme le seul à être en mesure de défendre les intérêts québécois dans les dossiers de la Davie, de SNC-Lavalin et de la gestion de l'offre.

«Est-ce que le Canada sert le Québec quand il cède des morceaux de la gestion de l'offre pour protéger l'industrie automobile de l'Ontario? » a-t-il affirmé.

Il a d'ailleurs directement interpellé Justin Trudeau, lui demandant de convoquer dans les prochains jours les députés afin de garantir que les compensations prévues pour les producteurs laitiers arrivent avant l'élection du 21 octobre.

Sur l'avenir des médias québécois, le chef bloquiste a été particulièrement dur à l'endroit des libéraux, les accusant d'être à la solde de lobbyistes des géants du web, alors que les six quotidiens du Groupe Capitales Média sont menacés.

«Le gouvernement fédéral n'a pas le courage de faire comme la France et de dire aux géants du web "vous allez payer une taxe sur votre volume d'affaires pour compenser les créateurs de contenu à qui vous piquez des revenus publicitaires», a déclaré M. Blanchet, qui était aux côtés d'une vingtaine de candidats.

Devenu chef du Bloc en janvier dernier, Yves-François Blanchet a réussi ramener le parti aux alentour de son niveau d'appui des dernières élections, selon les derniers sondages. Oscillant autour de 20%, le Bloc est toutefois bien loin des belles années sous Gilles Duceppe.

«Le plancher pour moi, c'est une vingtaine de sièges. Le plafond, ça appartient aux Québécois», avait-il estimé quelques heures avant lors d'une mêlée de presse.

Dans la même catégorie