/news/currentevents

Volée par un «gentleman» dans un stationnement

Frédérique Giguère | Journal de Montréal

Michelle Charbonneau a réalisé qu’on lui avait volé son portefeuille qui était dans sa bourse, déposée dans un panier d’un Walmart. Elle a accepté de livrer son témoignage afin de sensibiliser les gens à ce type de fraude et d’éviter que ça se reproduise.

Chantal Poirier

Michelle Charbonneau a réalisé qu’on lui avait volé son portefeuille qui était dans sa bourse, déposée dans un panier d’un Walmart. Elle a accepté de livrer son témoignage afin de sensibiliser les gens à ce type de fraude et d’éviter que ça se reproduise.

Une femme de 67 ans, distraite par un « beau bonhomme gentleman », s’est fait voler plus de 1000 $ parce qu’elle a accepté de donner des directions routières à un inconnu dans un stationnement.

Il y a environ un mois, Michelle Charbonneau s’est rendue au Walmart de Sainte-Catherine, en Montérégie, afin d’y faire quelques emplettes.

À LIRE ÉGALEMENT

Des touristes fraudeurs sévissent au Québec

Pendant qu’elle rangeait ses sacs dans son coffre d’auto, un bel homme au teint basané vêtu d’une chemise blanche s’est approché d’elle et lui a demandé le chemin pour se rendre à Châteauguay.

« Avec du recul, je réalise qu’il a fait en sorte que je sois dos à mon panier, donc à ma bourse qui était dedans, pour me distraire », explique-t-elle.

Plus de portefeuille

Après lui avoir expliqué le chemin, Mme Charbonneau a repris la route et est allée dans une station-service pour faire le plein. C’est à ce moment qu’elle a réalisé qu’on lui avait volé son portefeuille.

Moins de 45 minutes plus tard, elle a fait annuler toutes ses cartes et s’est présentée au poste de police le plus près. Malgré sa diligence, le voleur a tout de même eu le temps de retirer 1000 $ de son compte bancaire. Tout indique qu’il avait porté attention au clavier lorsqu’elle a composé son NIP à la caisse du Walmart avant de l’aborder dans le stationnement.

Un homme d’affaires

À la fin juin, un jeune homme de 25 ans de la Rive-Sud a lui aussi été victime de ce groupe de fraudeurs.

En quittant le travail, il a aperçu un homme dans une bretelle d’autoroute, à Brossard, qui semblait lui faire signe de s’immobiliser.

En plus de conduire une Mercedes, l’individu était vêtu d’un complet, portait de belles chaussures fraîchement cirées, avait les cheveux coiffés et plusieurs bijoux. Une femme et un enfant d’environ 10 ans étaient assis dans la voiture.

« Il avait vraiment l’air d’un homme d’affaires », explique la victime, qui a préféré taire son identité.

Le fraudeur a alors supplié le jeune homme de l’aider, prétextant qu’il avait perdu son portefeuille et qu’il n’avait pas d’argent pour nourrir sa famille ni retourner chez lui, en Alberta.

« Il faisait vraiment pitié, dit-il. Il était pratiquement à genoux, il me tenait la main et embrassait ma main. Son enfant me regardait avec des yeux piteux. »

Le Québécois s’est donc rendu jusqu’au guichet le plus près, où il a retiré 1800 $. Comme garantie en attendant qu’il lui renvoie son argent, le fraudeur lui a « prêté » ses bijoux en or.

De faux bijoux

Quelques heures plus tard, un doute s’est installé dans l’esprit de la victime. Après vérifications, il s’est avéré que les bijoux étaient des faux et ne valaient quasiment rien.

« C’est incroyable comme ils sont persuasifs, je suis normalement une personne super méfiante et attentive et je n’arrive pas à croire que je me suis fait prendre, dit-il. Ils ont comme des super pouvoirs. »

Comble de l’ironie, deux semaines plus tard, le jeune homme a recroisé son fraudeur dans une autre bretelle d’autoroute de Brossard. Il semblait être en train de faire subir le même sort à une autre personne. Après avoir noté sa plaque, la victime a signalé sa présence à la police.