/finance/homepage

Ottawa va se pencher sur la vente d'Air Transat

Agence QMI

GEN-AVIONS

Joël Lemay / Agence QMI

Le ministère des Transports du Canada passera les huit prochains mois à analyser sous toutes ses coutures l'acquisition par Air Canada du transporteur Air Transat.

Le ministère a expliqué, par communiqué, qu'il vérifiera si la transaction est conforme à l'intérêt public. En partenariat avec le Commissaire de la concurrence, il tentera aussi de déterminer qu'elles seront les répercussions de la disparition d'un joueur de l'industrie pour les voyageurs.

«Une analyse des avantages économiques ainsi que des défis occasionnés par la transaction proposée sera également effectuée», a précisé le ministère.

Normalement, Transport Canada devrait disposer de 150 jours au maximum pour mener son analyse, avant de remettre son rapport. Le ministre Marc Garneau a toutefois décidé de prolonger cette période à 250 jours, si bien que le ministère aura jusqu'au 2 mai 2020 pour se pencher sur la transaction.

Des consultations avec des membres de l'industrie du transport aérien, des gouvernements et du public s'amorceront le 4 novembre.

La transaction, si elle est approuvée, aura pour effet de créer un véritable mastodonte dans l'industrie du voyage. Air Canada se retrouverait à détenir 64 % du marché vers l’Europe et 46 % du marché vers les Caraïbes.

Cette situation avait suscité certaines critiques, dont celles du président et chef de la direction de Québecor, qui avait invité les actionnaires à voter contre l'entente. Le Bloc québécois avait aussi demandé au fédéral d'étudier la transaction, citant des inquiétudes sur la concurrence et la protection du français.

Vendredi dernier, les actionnaires de Transat ont voté en faveur de l'offre d'Air Canada, qui a proposé un montant de 18 $ par action, soit environ 720 millions $, pour acquérir le transporteur québécois.

Dans la même catégorie