/news/politics

«Si tu veux chialer, il faut avoir une solution à offrir» - Sylvie Fréchette

TVA Nouvelles

La médaillée olympique Sylvie Fréchette affirme ne pas avoir peur des défis et veut travailler avec les citoyens «de son petit  jardin» de la circonscription Rivière-du-Nord. Voilà pourquoi elle se lance en politique sous la bannière du Parti conservateur du Canada (PCC).

«Au cours des dernières années, je ne me reconnaissais pas dans la politique. Mon pays n’est plus mon pays. J’élève mes enfants comme ça: Si tu veux chialer, il faut avoir une solution à offrir. Je me désengageais. Je me disais jusqu’où je vais laisser aller les choses?», explique l’ancienne athlète de 52 ans qui souhaite se faire élire comme députée au fédéral.

«J’ai des idées, du temps, de la passion. Pourquoi, je ne le ferais pas. Je veux faire la différence», ajoute Sylvie Fréchette qui agit comme entraîneuse au Club de natation artistique de Saint-Jérôme.

C’est le Parti conservateur qui a approché Mme Fréchette afin qu’elle se présente sous leur bannière. «J’avais beaucoup à apprendre, j’ai découvert un parti que je sous-estimais. J’ai rencontré Alain Rayes, le lieutenant politique du chef conservateur Andrew Scheer au Québec. Ce n’est pas un bullshitteux. Comme moi, il s’intéresse au recyclage, au compostage, il est père de famille. Nous avons les mêmes valeurs.»

La médaillée olympique veut travailler pour sa circonscription. «Je veux être aussi présente que je l’ai toujours été, c’est mon chez-moi la Rivière-du-Nord. C’est mon petit jardin. (...) Je veux travailler à des projets constructifs pour les enfants, les personnes âgées, les femmes», formule Mme Fréchette.

La circonscription de Rivière-du-Nord, qui existe depuis 2003, est représentée par Rhéal Fortin du Bloc québécois à la Chambre des communes. Le Bloc y a toujours obtenu la faveur populaire, exception faite d'un intermède de quatre ans, entre 2011 et 2015, où le néodémocrate Pierre Dionne Labelle a représenté la circonscription lors de la vague orange.

«Je n’ai pas peur des défis. Je veux que l’on se rassemble, que l’on travaille ensemble», appuie le sourire aux lèvres Sylvie Fréchette.