/news/politics

3e lien: le péage dépendra du fédéral, selon le ministre Bonnardel

Patrick Bellerose | Journal de Québec

Si le gouvernement Legault envisage désormais un péage sur le 3e lien, c’est en raison du fédéral, qualifié de «frileux» dans le financement de cette infrastructure de plusieurs milliards de dollars, affirme le ministre des Transports.

François Bonnardel a causé la commotion lundi en se disant ouvert, sur les ondes de QUB radio, à faire payer les utilisateurs du futur tunnel entre Québec et Lévis. Par le passé, le gouvernement Legault avait toujours fermé la porte à un péage pour financer le 3e lien.

Mais les scénarios sur le montage financier dépendent de la participation, ou non, du gouvernement fédéral, fait valoir le Bonnardel. «Si ce n’est pas le cas, il faut évaluer les options de PPP [NDLR : partenariat public-privé]», fait-il valoir, tout en précisant qu’aucun scénario n’est arrêté pour le moment.

«Ce n’est pas une option que je privilégie, précise M. Bonnardel au sujet du péage. Maintenant, c’est de mon devoir de mettre toutes les options sur la table.»

Annonce à venir

À la fin du mois de juin, le ministre a annoncé que le fameux 3e lien, objet de débat depuis des années dans la Capitale-Nationale, sera un tunnel d’une longueur de 6,5 kilomètres (environ 9 kilomètres avec les approches) qui passera sous la pointe ouest de l’île d’Orléans.

 

«Après l’annonce du tracé choisi, [...] le travail qu’on a commencé à faire, c’est d’évaluer toutes les options et les formes de financement possibles, avec le fédéral ou non... et la Banque des infrastructures aussi, explique M. Bonnardel. Alors, dans ces conditions, il fallait être capables de se dire : où est-ce qu’on va aller? Quand on va être préparé et on va être prêts à annoncer les coûts de ce projet, on sera capables de vous donner toutes les options de financement possibles.»

Coût inconnu

Le gouvernement Legault refuse pour l’instant de révéler la fourchette de coûts envisagée pour la construction du 3e lien. Plusieurs facteurs restent à déterminer, fait-on valoir, dont le nombre de voies dans le tunnel.

Une étude du professeur Bruno Massicotte chiffrait un tel ouvrage à 4 milliards$ en 2016. Le maire de Québec, Régis Labeaume, a pour sa part déjà avancé le montant de 10 milliards $.

Dans la même catégorie