/finance/consumer

Comment faire pour être indemnisé à la suite d’un vol retardé?

Frédéric Allali | Journal de Montréal

passenger In the Malaysia airport

06photo - stock.adobe.com

L’été s’achève et vous voilà de retour au Québec après de belles vacances en Europe. Les vacances ont été magnifiques, mais le retour fut l’enfer. Vol retardé de plus de trois heures... avec tout le stress et les inconvénients que cela implique.

Saviez-vous que vous pouvez être indemnisé pour ce fâcheux retard ? Voici comment.

Les autorités européennes ont adopté depuis quelques années un règlement qui impose aux compagnies aériennes une obligation d’indemnisation financière aux passagers ayant subi un retard d’au moins trois heures.

Il faut tout de même respecter certains critères pour bénéficier de cette compensation financière. Tout d’abord, pour bénéficier de cette indemnité, il faut que votre vol provienne de l’Union européenne, et ce, quelle que soit la compagnie aérienne.

Se qualifient aussi les vols en provenance de n’importe quel pays vers un aéroport de l’Union européenne desservi par une compagnie aérienne européenne.

En gros, vous aurez droit à une compensation si vous voyagez vers ou de l’Union européenne, sauf si votre vol est en direction de l’Union européenne et qu’il est assuré par une compagnie qui n’est pas européenne.

À quel montant ai-je droit ?

Le règlement prévoit une échelle assez précise en fonction de la distance du vol retardé et de la durée du retard. Par exemple, pour les vols inférieurs à 1500 km, l’indemnité est de 250 euros, soit environ 370 $. Également à titre d’illustration, l’indemnisation est de 400 euros (environ 590 $) pour des vols d’une distance de 1500 km à 3500 km, et de 600 euros (environ 890 $) pour des vols supérieurs à 3500 km.

Les compagnies aériennes n’auront pas à vous indemniser en cas de « circonstances extraordinaires ». Par exemple, des restrictions du trafic aérien et des actes de sabotage qui engendrent des retards ne peuvent donner droit à une indemnisation. Cependant, il est à noter que les « problèmes techniques » des compagnies aériennes ne sont généralement pas considérés comme suffisants pour bloquer une indemnisation qui vous est due.

Autres frais

Outre la compensation financière, il ne faut pas oublier que dans la plupart des cas de retard de vols, vous avez droit à des repas et des rafraîchissements ainsi qu’à deux appels téléphoniques, fax ou courriels. Et ce, aux frais de la compagnie aérienne ! Par ailleurs, si le retard est tel que votre vol est reporté au lendemain, la compagnie aérienne doit vous offrir une nuit d’hôtel ainsi que le transfert entre celui-ci et l’aéroport.

Ainsi, grâce à ces règles, vous n’êtes plus sans défense en tant que voyageur, et espérons que la pression de ces règles sur les transporteurs fera en sorte qu’il y aura de moins en moins de retards !

Conseils

Consulter le règlement en question (CE) no 261/2004 afin d’évaluer précisément les indemnités auxquelles vous avez droit, selon votre cas particulier ;

Conserver les documents de votre voyage tels que vos cartes d’embarquement ou courriels de retard afin de documenter au maximum le retard survenu ;

Renseignez-vous directement auprès de la compagnie aérienne pour connaître la marche à suivre ;

N’acceptez pas d’offres moins avantageuses, comme un bon pour un prochain vol, qui pourraient, dans certains cas, vous faire renoncer à votre indemnité financière prévue au règlement.