/news/world

L'ouragan Dorian épargne relativement Porto Rico, la Floride menacée

Agence France-Presse

L'île de Porto Rico a été relativement épargnée mercredi par l'ouragan Dorian, qui devrait se renforcer avant de toucher ce week-end la Floride, où l'état d'urgence a été déclaré.

D'importantes précipitations charriées par des vents dangereux se sont abattues sur Porto Rico, territoire ravagé par l'ouragan Maria il y a deux ans, mais l'ouragan a commencé à s'éloigner de l'île selon le Centre national des ouragans (NHC) américain qui a retiré son alerte pour le territoire.

La gouverneure de Porto Rico Wanda Vazquez a annoncé lors d'une conférence de presse que les écoles et administrations locales rouvriraient normalement jeudi, qualifiant l'ouragan d'un «exercice réel» pour évaluer la capacité de l'île à répondre à ce type de catastrophe.

«La menace est déjà passée», a-t-elle affirmé.

Dorian, avec des vents de 130km/h, est désormais un ouragan de catégorie 1, sur les cinq que compte l'échelle de Saffir-Simpson. Il est amené à se renforcer dans les prochains jours et devrait causer d'importantes précipitations dans les Caraïbes, a précisé le NHC dans son dernier bulletin, à 00H00 GMT.

La Floride se prépare

L'État de Floride a déclaré mercredi l'état d'urgence à l'approche du cyclone afin de s'assurer d'être «complètement préparé pour l'ouragan Dorian», a indiqué son gouverneur Ron DeSantis dans un communiqué, invitant les habitants de la côte est à «avoir des réserves de nourriture, d'eau et de médicaments pour sept jours».

La déclaration d'état d'urgence permet de mieux mobiliser les services publics de l'État et à recourir si besoin à l'aide fédérale.

Dorian a fait une première victime indirecte à Porto Rico. Un homme de 80 ans est mort en tombant d'une échelle, sur laquelle il comptait réparer son toit, alors que les premières rafales balayaient l'est de l'île sous un ciel sombre.

L'arrivée de Dorian a réveillé des souvenirs douloureux chez Carmen Donos, une habitante de Fajardo, l'une des villes les plus lourdement touchées par Maria en septembre 2017. «J'avais perdu tout ce qui se trouvait dans la maison. J'ai peur que cela arrive à nouveau», s'est-elle inquiétée.

Le président Donald Trump avait approuvé mardi soir la déclaration d'état d'urgence de Porto Rico, permettant de débloquer des fonds fédéraux pour les secours, coordonnés par l'Agence fédérale américaine des situations d'urgence Fema.

«La Fema et tous les autres sont prêts, et vont faire du très bon travail. Lorsque c'est le cas, faites-leur savoir et remerciez-les chaleureusement - pas comme la dernière fois», avait tweeté le milliardaire républicain en s'en prenant notamment à «l'incompétente» maire de San Juan, capitale de l'île.

Cette dernière, Carmen Yulin Cruz, critique régulière du président, lui a demandé sur la chaîne CNN de «rester à l'écart» de Porto Rico.

Elle reproche à Donald Trump d'avoir menti «une fois de plus» en affirmant dans un tweet mardi que les États-Unis avaient validé l'année dernière une enveloppe «record» de 92 milliards de dollars pour aider l'île à se relever des dégâts causés par l'ouragan Maria.

Selon le site internet de la Fema, le Congrès américain a en réalité alloué 42,5 milliards de dollars d'aide au territoire, qui n'en a pour l'instant perçu que 14.

«Porto Rico est l'un des lieux les plus corrompus au monde. Leur système politique est en ruine et leurs dirigeants sont soit incompétents, soit corrompus», a assuré mercredi Donald Trump sur Twitter, assurant être «la meilleure chose qui soit jamais arrivée à Porto Rico».

Une étude, validée par les autorités portoricaines, estime à 3000 le nombre de personnes tuées par l'ouragan Maria et ses répercussions, les infrastructures de santé ayant été durablement mises hors service.