/news/world

Les méthodes marketing de Juul sous le coup d'une enquête

Agence France-Presse

Juul Labs, la start-up qui domine le marché du vapotage aux États-Unis, est sous le coup d'une enquête de l'agence fédérale de protection des consommateurs pour certaines pratiques de marketing, affirme jeudi le Wall Street Journal.

Juul a annoncé en même temps une série de mesures, qui viennent s'ajouter à l'arsenal qu'elle déjà mis en oeuvre, pour empêcher les jeunes n'ayant pas l'âge légal de fumer (ou de vapoter) d'avoir accès à ses produits.

Le quotidien, qui cite plusieurs sources anonymes, affirme que les enquêteurs de la FTC tentent de déterminer si Juul a employé des méthodes de marketing trompeuses, en visant des jeunes ou en employant des influenceurs.

L'agence doit aussi décider si elle compte infliger une amende ou non, souligne le quotidien.

La société, dans un communiqué envoyé à l'AFP, affirme coopérer pleinement avec toute agence même si elle ne confirme pas spécifiquement l'enquête évoquée par le Wall Street Journal.

Juul explique n'avoir «jamais promu ses produits auprès des jeunes» et affirme avoir totalement changé ses méthodes de marketing après qu'une campagne menée en 2015 auprès d'adultes âgés de 25 à 34 ans a «pu être perçue comme attrayante pour des mineurs».

Les efforts de promotion se concentrent désormais sur les fumeurs âgés de plus de 35 ans pour les faire passer au vapotage.

Les cigarettes électroniques de Juul très stylées et épurées accompagnées de «jus» de nicotine aux parfums très populaires, rencontrent un énorme succès aux États-Unis.

L'entreprise est souvent accusée d'inciter les jeunes à vapoter, ce dont elle se défend vigoureusement. Elle a d'ailleurs souligné toute une série de mesures pour combattre l'accès à ses produits pour les jeunes n'ayant pas l'âge légal.

Juul a ainsi déployé jeudi au niveau national son programme de traçage de ses cigarettes électroniques pour tenter de remonter les filières de ventes clandestines. La société compte rendre traçables 100% de ses cigarettes électroniques dans les 90 jours.

La société rappelle également qu'elle s'est «totalement désengagée des réseaux sociaux et qu'elle demande aussi l'effacement de toute référence inappropriée par des parties tierces».

Elle avait déjà retiré des points de vente tous ses liquides aux parfums prisés par les jeunes, les rendant accessibles uniquement sur internet en montrant patte blanche. Elle promeut aussi l'adoption de la généralisation de la loi interdisant aux moins de 21 ans d'avoir accès au tabac et produits de vapotage.

Dans la même catégorie