/finance

Un retraité d’usine forcé de retourner travailler pour vivre

Francis Halin | Journal de Montréal

Alain Leduc, qui aura bientôt 67 ans, a été forcé de retourner travailler, il y a deux ans. Il n’arrivait plus à payer ses factures. On le voit ici devant l’usine Mabe, au coin des rues Notre-Dame et Dickson, à Montréal. Alain Leduc y a travaillé entre 1975 et 2011.

Francis Halin

Alain Leduc, qui aura bientôt 67 ans, a été forcé de retourner travailler, il y a deux ans. Il n’arrivait plus à payer ses factures. On le voit ici devant l’usine Mabe, au coin des rues Notre-Dame et Dickson, à Montréal. Alain Leduc y a travaillé entre 1975 et 2011.

Un retraité de l’usine montréalaise d’électroménagers Mabe, qui a consacré plus de 30 ans de sa vie à l’entreprise, a été forcé de revenir sur le marché du travail à 65 ans pour récupérer les 500 $ par mois perdus quand elle a fait faillite en 2014.

« Du jour au lendemain, j’avais 500 $ de moins par mois. Sans parler des médicaments qui me coûtaient plus cher parce que je devais absolument adhérer à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) », confie avec émotion au Journal l’assembleur à la retraite Alain Leduc en regardant du coin de l’œil l’usine qui a été toute sa vie.

À l’angle des rues Notre-Dame et Dickson, dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, l’usine vendue à la mexicaine Mabe, en 2008, porte toujours les traces de son passé industriel, bien qu’elle appartienne aujourd’hui au Cirque du Soleil.

Au départ, quand M. Leduc a pris sa retraite, en 2011, il n’avait aucune idée du cauchemar qu’il s’apprêtait à vivre. Depuis son arrivée à l’usine, en 1975, il avait pris soin de garnir son fonds de pension pour ses vieux jours.

Au fil des ans, Alain Leduc a vu l’usine changer de mains. General Electric (GE), Camco, Mabe, il a affronté toutes les tempêtes liées aux conflits de travail, en portant parfois le chapeau de président du syndicat, mais il ne s’attendait pas à jouer dans ce film.

Un long calvaire

Or, en 2014, ce qui devait arriver arriva. Mabe déclare faillite. Alain Leduc, qui est à la retraite depuis à peine trois ans, sait que sa vie vient de basculer. « Quand je suis revenu d’un petit voyage, j’ai vu le titre du Journal de Montréal “La faillite de Mabe Canada met les retraites en danger” », se souvient le résident de Salaberry-de-Valleyfield.

À ce moment, Alain Leduc sait qu’il va devoir bûcher. Prestations de retraite coupées de 22 % à 35 %, fin des assurances collectives et vie des retraités... La faillite de Mabe est le début d’un long calvaire financier pour les ex-travailleurs comme lui.

Pour Alain Leduc, cela lui fera perdre un bon 6000 $ par année pour le reste de ses jours, mais il refuse de se laisser abattre et se retrousse les manches. « J’ai déniché une job de plongeur 10 heures par semaine au salaire minimum, dans un petit restaurant. Après, les heures ont baissé et les comptes se sont mis à s’accumuler », se rappelle-t-il.

Pour s’en sortir, il décroche un emploi de préposé au service alimentaire à l’Hôpital Barrie Memorial, dans son coin, à 23 $ l’heure, un changement de cap qui intrigue ses nouveaux collègues qui comprennent mal pourquoi il revient travailler à son âge.

« J’ai dû leur expliquer que ce n’était pas un caprice de vieux [...] », affirme M. Leduc.

► Les ex-travailleurs de Mabe réclament 68 M$ à l’entreprise. La Cour supérieure leur a donné la permission d’intenter un recours collectif, mais leur sort est sur la glace parce que la compagnie a contesté cette décision en appel.

Un expert dit avoir la solution pour protéger l’argent des régimes

Un expert en relations du travail pense que Retraite Québec (RQ) devrait gérer les régimes de retraite des travailleurs d’entreprises privées pour éviter qu’ils perdent leur argent en cas de faillite.

« Les entreprises privées de 50 employés et plus devraient déposer l’argent des régimes de retraite à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), gérée par Retraite Québec (RQ). Comme ça, si elles ferment, les régimes de retraite ne font pas partie de leurs actifs, et l’argent reste aux travailleurs », propose le professeur de relations de travail à l’Université du Québec à Trois-Rivières Jean-Claude Bernatchez.

L’an dernier, Le Journal a fait état des retraités de Papiers White Birch qui ont perdu près de la moitié de leur rente, de ceux de Sears Canada ou encore de ceux de Cliffs Natural Resources sur la Côte-Nord, qui ont subi un sort similaire.

Or, selon M. Bernatchez, le Québec doit s’inspirer au plus vite des pays européens pour régler le problème une fois pour toutes.

« En France, en Allemagne ou encore dans les pays scandinaves, ça marche comme ça. Un fonds de retraite ne doit pas faire partie de l’actif d’une entreprise », plaide celui qui est aussi chercheur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

« Volonté politique »

D’après M. Bernatchez, il faut seulement de la « volonté politique » pour s’attaquer au cœur du problème.

« On n’ose pas le faire parce qu’on a peur d’indisposer des multinationales. On a peur aussi d’indisposer des compagnies qui gèrent les fonds de retraite parce que c’est de l’argent », ajoute-t-il d’une voix décidée.

Plus encore, il estime que cette nouvelle façon de faire pourrait même devenir l’une des signatures du fameux « modèle québécois ».

« On a de l’assurance maladie au Canada, ils n’en ont pas aux États-Unis. On a des fonds de travailleurs au Québec, ils n’en ont pas dans le reste du Canada. Ça pourrait faire partie du modèle québécois », conclut l’intellectuel.

Dans la même catégorie