/news/politics

Élections fédérales: «C'est au Québec que la majorité va se faire», croit Jean-Marc Léger

Alors que les Canadiens seront appelés aux urnes le 21 octobre, la prochaine campagne électorale s’annonce enlevante, affirme Jean-Marc Léger, président de la firme Léger.

Selon un sondage à paraître samedi matin dans «Le Journal de Montréal», 57 % des électeurs du pays sont insatisfaits du  gouvernement Trudeau, une proportion qui n’a pas beaucoup bougé depuis le mois de juin.

«Vous savez, monsieur Trudeau, pendant trois ans de temps, a connu une lune de miel ou la satisfaction était au-delà de 50%, explique M. Léger. Depuis avril dernier, depuis l'affaire Jody Wilson-Raybould, sa satisfaction est tombée à des seuils assez peu élevés. Et là, à 37% de satisfaction à travers le Canada, c'est très faible, surtout à la veille d'une élection.»

À LIRE ÉGALEMENT:

Près de 60% des Canadiens insatisfaits du gouvernement Trudeau

Il affirme que «de façon générale, le niveau de satisfaction au Québec est beaucoup plus élevé que dans le reste du Canada».

«Il y a vraiment un écart important entre les deux parties du pays [NDLR: l’est et l’ouest], indique le président de Léger. Monsieur Trudeau va gagner beaucoup de sièges au Québec, mais dans l'ouest du Canada, c'est le Parti conservateur qui va gagner des sièges.»

À son avis, la bataille du Québec sera déterminante pour le parti qui souhaite obtenir une majorité à la Chambre des communes.

«L'Ontario va décider qui va gagner, mais c'est au Québec que la majorité va se faire, dit Jean-Marc Léger. Si le gouvernement va être majoritaire ou minoritaire, ça dépendra du choix des Québécois.»

Et puisqu’il y a encore un grand nombre d’indécis, tout peut encore changer au cours des prochaines semaines.

«C'est une nouvelle réalité politique, soutient-il. À chaque élection, c'est de pire en pire. Au moment où on se parle, aujourd'hui, seulement 35% des Canadiens savent pour qui ils vont voter, et ce choix-là est définitif.»

Le sondeur d’expérience soutient que «les électeurs sont orphelins et sont disponibles pour une campagne électorale».

«C'est pour ça que la campagne risque d'être extrêmement serrée, ajoute-t-il. D'ailleurs, 88% des Canadiens disent qu'ils vont suivre la campagne. Un autre record de nos sondages.»

Ne manquez pas les résultats complets de ce sondage, avec les intentions de vote et les premières tendances électorales, dans le «Journal de Montréal» et sur toutes nos plateformes.

Dans la même catégorie